Citation


« Older and better »

(Plus c'est vieux, meilleur c'est !)


Blason
Article de S.Exc.R. Mgr Thomas Gullickson,
Nonce apostolique en Suisse et au Liechtenstein, 

"[…] Ici, en Suisse, cette année 2017 m'a offert trois occasions – toutes mariales – de célébrer la messe traditionnelle : à Fischingen, pour une messe pontificale solennelle à l'occasion d'un pèlerinage pour le centenaire des apparitions de Fatima ; à Sankt Pelagiberg, pour une messe prélatice pour le Très Saint Nom de Marie ; et, ces jours-ci, à Fribourg, pour fêter l'Immaculée Conception dans la Basilique Notre-Dame. Ces trois moments ont eu un impact positif, vraiment réchauffant et rassurant, sur mon cœur. Il ne fait aucun doute qu'une personne doit tenir son cœur prêt à les recevoir d'une telle manière mais, dans tous les cas, la Tradition ou plutôt, devrais-je dire, la Très Sainte Vierge, a gagné mon cœur de la plus délicate des manières.
Sans avoir une telle chaire, je voudrais dire ex cathedra que le Vetus Ordo est la façon dont un évêque est supposé célébrer le Saint Sacrifice de la messe. La messe traditionnelle, dans toute sa solennité, porte vraiment l'évêque. La photo ci-jointe l'illustre assez bien : je m'y tiens assis, au centre, mes vieux genoux couverts, et, tandis que le sous-diacre lit l'Évangile en français [NDLR : Hummm...], je l'écoute en attendant de prononcer mon homélie. Dans le Novus Ordo, au séminaire, lors de l'apprentissage de la messe comme lors des cours d'homilétique, on m'apprenait à être vif, à être proactif... Dans le Vetus Ordo, la liturgie – avec le Christ, le Souverain Prêtre, Marie, tous les anges et tous les saints – me transporte de la plus attentive des manières et m'incite à me laisser changer, transformer, vraiment transformer, en Jésus-Christ. La liturgie emporte le vieil homme qui est en moi et fait de moi l'image de quelque chose dont je ne suis pas digne et pour laquelle, du début à la fin, je répète mon Domine, non sum dignus et mon Miserere nobis ! C'est si juste et si adapté à mon âge !
Il m'a fallu vraiment beaucoup de temps avant de me laisser aller et permettre aux autres de me faire vivre cette expérience. De toute évidence, un prêtre qui célèbre sa messe quotidienne ou une messe chantée dominicale, sans ministres assistants, doit être au sommet de son art, pour ainsi dire. Je veux juste souligner que l'évêque a la meilleure part de ce voyage, même si nous avons tout intérêt à l'intérioriser au maximum en mémorisant une bonne partie de la liturgie.
Évêques, faites à l'Église et à vous-même une faveur en acceptant l'invitation [à célébrer une messe pontificale solennelle dans la forme extraordinaire du rite romain, NDLR], si elle vous parvient, et en tenant votre petit et ancien rôle pour que brille cette grande icône qui rayonne du cœur de l'Église de Notre Seigneur !".


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire