Citation

Résultat de recherche d'images pour "louis xviii""J’ignore les desseins de Dieu sur ma race et sur moi, mais je connais les obligations qu’Il m’a imposées par le rang où il Lui a plu de me faire naître".
Louis XVIII

EVENEMENT : 25 août 2017

Jour Octave de l'Assomption

"Nous tenons d'une tradition ancienne et très véridique qu'au moment de sa glorieuse dormition, tous les saints Apôtres, qui parcouraient la terre pour le salut des nations, furent assemblés en un instant par la voie des airs à Jérusalem. Quand ils furent près d'elle, des anges leur apparurent dans une vision, et un divin concert des puissances supérieures se fit entendre. Et ainsi, dans une gloire divine et céleste, la Vierge remit aux mains de Dieu sa sainte âme d'une manière ineffable. Quant à son corps, réceptacle de la divinité, il fut transporté et enseveli, au milieu des chants des anges et des Apôtres, et déposé dans un cercueil à Gethsémani, où pendant trois jours persévéra sans relâche le chant des chœurs angéliques. Après le troisième jour, ces chants ayant cessé, les Apôtres présents ouvrirent le cercueil à la demande de Thomas qui seul avait été loin d'eux, et qui, venu le troisième jour, voulut vénérer le corps qui avait porté Dieu. Mais son corps digne de toute louange, ils ne purent aucunement le trouver; ils ne trouvèrent que ses vêtements funèbres déposés là, d'où s'échappait un parfum ineffable qui les pénétrait, et ils refermèrent le cercueil. Saisis d'étonnement devant le prodige mystérieux, voici seulement ce qu'ils pouvaient conclure : celui qui dans sa propre personne daigna s'incarner d'elle et se faire homme, Dieu le Verbe, le Seigneur de gloire, et qui garda intacte la virginité de sa Mère après son enfantement, celui-là avait voulu encore, après son départ d'ici-bas, honorer son corps virginal et immaculé du privilège de l'incorruptibilité, et d'une translation avant la résurrection commune et universelle.

Résultat de recherche d'images pour "assomption"

Etaient présents alors avec les Apôtres, le saint apôtre Timothée, premier évêque d'Ephèse, et Denys l'Aréopagite, comme lui-même, le grand Denys, dans ses discours adressés au susdit apôtre Timothée, au sujet du bienheureux Hiérothée, lui-même alors présent, en témoigne en ces termes:

« Même auprès de nos pontifes inspirés, en effet, lorsque nous-mêmes, comme tu le sais, et lui et beaucoup de nos saints frères, nous nous réunîmes pour contempler le corps qui fut principe de vie, en présence aussi de Jacques, frère du Seigneur, et de Pierre, la plus haute et la plus ancienne autorité des théologiens, et lorsqu'on décida, après cette contemplation, que chacun de tous les pontifes célébrerait selon son pouvoir la bonté infinie de la puissance divine. »".
cité par saint Jean Damascène.

Consécration au Coeur Immaculé

La Confrérie royale
a été solennellement consacrée au Coeur Immaculé de Marie
le samedi 4 juin A.D. MMXVI
en l'église Saint-Laurent du Puy-en-Velay.

Acte de consécration
de la Confrérie Royale
(samedi 4 juin A.D. 2016)
& du genre humain
au Cœur immaculé de Marie
(à prononcer en la fête de Marie Reine ; Pie XII, enc. Ad coeli Regina du 11 oct. 1954)


Notre-Dame de France,
Reine du Très Saint Rosaire, Secours des Chrétiens, Refuge du genre humain, Victorieuse de toutes les batailles de Dieu, nous voici prosternés, suppliants au pied de votre trône, dans la certitude d’obtenir miséricorde et de recevoir les grâces, l’aide et la protection opportunes dans les calamités présentes, non en vertu de nos mérites, dont nous ne saurions nous prévaloir, mais uniquement par l’effet de l’immense bonté de votre Cœur maternel.
C’est à vous, c’est à votre Cœur Immaculé qu’en cette heure tragique de l’histoire humaine nous nous confions et nous nous consacrons, non seulement en union avec la Sainte Église — Corps mystique de votre Fils Jésus — qui souffre et verse son sang en tant de lieux, qui est en proie aux tribulations de tant de manières, mais en union aussi avec le monde entier, déchiré par de farouches discordes, embrasé d’un incendie de haine et victime de ses propres iniquités.
Laissez-vous toucher par tant de ruines matérielles et morales ; par tant de douleurs, tant d’angoisses de pères et de mères, d’époux, de frères, d’enfants innocents ; par tant de vies fauchées dans la fleur de l’âge ; par tant de corps déchiquetés dans l’horrible carnage ; par tant d’âmes torturées et agonisantes, par tant d’autres en péril de se perdre éternellement.
Ô Mère de miséricorde, obtenez-nous de Dieu la paix et surtout les grâces qui peuvent en un instant convertir le cœur des hommes, ces grâces qui préparent, concilient, assurent la paix ! Reine de la paix, priez pour nous et donnez au monde en guerre la paix après laquelle les peuples soupirent, la paix dans la vérité, dans la justice, dans la charité du Christ. Donnez-lui la paix des armes et la paix des âmes, afin que dans la tranquillité de l’ordre s’étende le règne de Dieu.
Accordez votre protection aux infidèles et à tous ceux qui gisent encore dans les ombres de la mort ; donnez-leur la paix et faites que se lève pour eux le soleil de la Vérité et qu’ils puissent avec nous, devant l’unique Sauveur du monde, répéter : « Gloire à Dieu au plus haut des Cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté » (Luc II, 14).
Aux peuples séparés par l’erreur ou par la discorde, et particulièrement à ceux qui professent pour vous une singulière dévotion et chez lesquels il n’y a pas de maison qui n’honorât votre vénérable icône (peut-être aujourd’hui cachée et réservée pour des jours meilleurs), donnez la paix et reconduisez-les à l’unique bercail du Christ, sous l’unique et vrai Pasteur.
Obtenez à la Sainte Église de Dieu une paix et une liberté complètes ; arrêtez les débordements du déluge néo-païen ; développez dans le cœur des fidèles l’amour de la pureté, la pratique de la vie chrétienne et le zèle apostolique, afin que le peuple des serviteurs de Dieu augmente en mérites et en nombre.
Enfin, de même qu’au Cœur de votre Fils Jésus furent consacrés l’Église et le genre humain tout entier, afin que, toutes leurs espérances étant placées en Lui, Il devînt pour eux signe et gage de victoire et de salut, ainsi et pour toujours nous nous consacrons à vous, à votre Cœur Immaculé, ô notre Mère et Reine du monde ; pour que votre amour et votre protection hâtent le triomphe du règne de Dieu et que toutes les nations, en paix entre elles et avec Dieu, vous proclament bienheureuse et entonnent avec vous, d’une extrémité du monde à l’autre, l’éternel magnificat de gloire, d’amour, de reconnaissance au Cœur de Jésus en qui Seul elles peuvent trouver la vérité, la vie et la paix. Ainsi soit-il.

Ô Marie conçue sans péché,

priez pour nous qui avons recours à vous. (ter)

22 août

Résultat de recherche d'images pour "coeur immaculé de marie"
Fête du Coeur Immaculé de Marie
(& Octave de l'Assomption)


Centenaire des apparitions de Fatima

La dévotion réparatrice au Coeur Immaculé de Marie 
est le centre du message délivré par Notre-Dame
aux petits pastoureaux de Fatima (1917).


Résultat de recherche d'images pour "coeur immaculé de marie"Le culte liturgique, par lequel on rend un juste honneur au Cœur Immaculé de la Vierge Marie, et auquel de nombreux saints et saintes ont préparé la voie, fut approuvé tout d’abord par le Siège Apostolique au début du dix-neuvième siècle, lorsque le Pape Pie VII institua la fête du Cœur Très Pur de la Vierge Marie, pour être pieusement et saintement célébrée par tous les diocèses et les familles religieuses qui en avaient fait la demande ; fête que bientôt le Pape Pie IX enrichit d’un office et d’une messe propres. Ce culte ardent et souhaité, né au dix-neuvième siècle, et grandissant de jour en jour, fut accueilli avec bienveillance par le Souverain Pontife Pie XII, qui voulut l’étendre à l’Église entière, en donnant à cette fête une plus grande solennité. L’an 1942, tandis qu’une guerre très cruelle accablait presque toute la terre, ce pape, plein de pitié pour les épreuves infinies des populations, en raison de sa piété et de sa confiance envers la Mère céleste, confia ardemment le genre humain tout entier, par une prière solennelle, à ce Cœur très doux ; et il établit la célébration universelle et perpétuelle d’une fête avec Office et Messe propres en l’honneur de ce Cœur Immaculé (1944).

Résultat de recherche d'images pour "coeur immaculé de marie"

Le 8 Décembre 1942, Pie XII consacra solennellement le Genre Humain au Cœur Immaculé de Marie. Quelques évêques de France seulement s'unirent publiquement à l'Acte Pontifical. Peu après, le Cardinal Suhard, Archevêque de Paris, fut reçu par le Souverain Pontife qui exprima sa surprise d'avoir constaté que la plupart des évêques de France n'avaient pas compris l'importance exceptionnelle que le Chef de l'Église attachait à cette consécration. Rentré à Paris, le Cardinal informa ses collègues du désir pontifical et il fut décidé que la Consécration de la France serait faite dans toutes les églises et chapelles le 28 mars 1943. Le Mal Pétain décida de s'associer publiquement à cette Consécration : la cérémonie fut organisée en accord avec le curé de la paroisse par Monsieur Jacques Chevalier, ancien Ministre de l'Instruction Publique, et par le marquis de la Franquerie. En ladite église, à la tête de ses Maisons Civile et Militaire, il prononça l'Acte de Consécration de la France à haute voix avec tous les assistants et, le soir-même, il écrivit au Cardinal Suhard pour l'informer qu'en tant que Chef de l'État, il s'était associé publiquement à ce grand Acte National.

Image associée





Seigneur, --> ayez pitié de nous !
Ô Christ, --> ayez pitié de nous !
Seigneur, --> ayez pitié de nous !



Jésus-Christ, --> écoutez-nous.
Jésus-Christ, --> exaucez-nous.



Cœur de Marie, objet des complaisances du Cœur de Dieu, --> priez pour nous.
Cœur de Marie, uni au Cœur de Jésus, --> priez pour nous.
Cœur de Marie, organe du Saint Esprit, --> priez pour nous.
Cœur de Marie, digne sanctuaire de l'adorable Trinité, --> priez pour nous.
Cœur de Marie, tabernacle du Verbe incarné. --> priez pour nous.
Cœur de Marie, préservé de la tache du péché originel, --> priez pour nous.
Cœur de Marie, trésor immense de grâce, --> priez pour nous.
Cœur de Marie, béni entre tous les cœurs, --> priez pour nous.
Cœur de Marie, trône brillant de gloire, --> priez pour nous.
Cœur de Marie, abîme d'humilité,--> priez pour nous.
Cœur de Marie, holocauste parfait du divin amour, --> priez pour nous.
Cœur de Marie, attaché à la Croix avec Jésus, --> priez pour nous.
Cœur de Marie, source de consolation pour les affligés, --> priez pour nous.
Cœur de Marie, refuge assuré des pécheurs, --> priez pour nous.
Cœur de Marie, espérance des agonisants,--> priez pour nous.
Cœur de Marie, siège de la miséricorde, --> priez pour nous.



Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, --> pardonnez-nous Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, --> exaucez-nous Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, --> ayez pitié de nous.



V. Marie, Vierge sans tache, douce et humble de Cœur,
R. Rendez mon cœur semblable au Cœur de Jésus.



Prions : Dieu de bonté, qui avez rempli le cœur Saint et Immaculé de Marie des sentiments de miséricorde et de tendresse dont le Cœur de Jésus fut toujours pénétré, accordez à ceux qui honorent ce Cœur virginal de conserver jusqu'à la mort une parfaite conformité d'inclination avec le Cœur Sacré de Jésus-Christ, qui vit et règne avec vous et le Saint-Esprit dans tous les siècles. Ainsi soit-il.



La Confrérie royale
a été solennellement consacrée au Coeur Immaculé de Marie
le samedi 4 juin A.D. MMXVI
en l'église Saint-Laurent du Puy-en-Velay.

Merci aux Confrères royaux de prier le Coeur Immaculé de Notre-Dame
à une intention particulière ce mardi 22 août à 10h30.

Résultat de recherche d'images pour "merci marie"

21 août

1567 - 21 août - 2017

450e anniversaire de la naissance de 

S. François de Sales

Résultat de recherche d'images pour "françois de sales"

Litanies de saint François de Sales

Résultat de recherche d'images pour "françois de sales"

Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, ayez pitié de nous.
Seigneur, ayez pitié de nous,
Jésus-Christ, écoutez‑nous.
Jésus-Christ, exaucez‑nous.
Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Fils Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Esprit Saint qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Trinité sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Résultat de recherche d'images pour "françois de sales"

Saint François, Pontife admirable, priez pour nous.
Saint François, bien aimé de Dieu, priez pour nous.
Saint François, imitateur de Jésus Christ, priez pour nous.
Saint François, rempli des dons du Seigneur, priez pour nous.
Saint François, favori de la Mère de Dieu, priez pour nous.
Saint François, le plus dévot des Saints, priez pour nous,
Saint François, tout embrasé d'amour pour la croix du Sauveur, priez pour nous.
Saint François, très uni à la divine volonté, priez pour nous.
Saint François, vase d'élection, priez pour nous.
Saint François, lumière de l’Eglise, priez pour nous.
Saint François, modèle accompli de religion, priez pour nous.
Saint François, source de sagesse, priez pour nous.
Saint François, défenseur de la foi catholique, priez pour nous.
Saint François, bon pasteur de votre peuple, priez pour nous.
Saint François, prédicateur incomparable, priez pour nous.
Saint François, fléau de l'hérésie, priez pour nous.
Saint François, sel de la terre, priez pour nous.
Saint François, type de justice, priez pour nous.
Saint François, miroir d'humilité, priez pour nous.
Saint François, ami de la pauvreté, priez pour nous.
Saint François, idéal de douceur, priez pour nous.
Saint François, contempteur du monde, priez pour nous.
Saint François, triomphateur des passions de la chair, priez pour nous.
Saint François, terreur des démons, priez pour nous,
Saint François, miséricordieux soutien des pénitents, priez pour nous.
Saint François, refuge des pécheurs, priez pour nous.
Saint François, providence des pauvres, priez pour nous.
Saint François, consolateur des affligés, priez pour nous.
Saint François, exemplaire de la perfection, priez pour nous.
Saint François, arche de sainteté, priez pour nous.
Saint François, imitateur de la pureté des anges, priez pour nous.
Saint François, chérubin par la sagesse, priez pour nous.
Saint François, séraphin par l'amour, priez pour nous.
Saint François, notre saint patriarche, priez pour nous.
Saint François, notre douce lumière, priez pour nous.
Saint François, notre puissant protecteur, priez pour nous.
Saint François, notre guide dans les voies de Dieu, priez pour nous.
Saint François, notre refuge, priez pour nous.
Saint François, émule des anges, priez pour nous.
Saint François, imitateur des Apôtres, priez pour nous.
Saint François, associé à la gloire des Martyrs, priez pour nous.
Saint François, gloire des saints Confesseurs, priez pour nous.
Saint François, docteur et directeur des Vierges, priez pour nous.
Saint François, concitoyen glorieux de tous les Saints, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez‑nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez‑nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur.

V. Saint François de Sales, priez pour nous.
R. Afin que nous devenions dignes des promesses de Jésus‑Christ.

Prions. 
Résultat de recherche d'images pour "françois de sales"Ô Dieu qui avez voulu que le bienheureux François, votre confesseur et pontife, se fît tout à tous pour le salut des âmes, répandez dans nos cœurs la douceur de votre charité et faites, par votre grâce, que, sous la direction de ce grand Saint et sous la protection de ses mérites, nous nous rendions dignes des joies éternelles : par Notre‑Seigneur Jésus‑Christ, votre Fils, qui, étant Dieu, vit et règne avec vous en l'unité du Saint‑Esprit dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit‑il.
Résultat de recherche d'images pour "françois de sales"
Résultat de recherche d'images pour "assomption"

Citation

Résultat de recherche d'images pour "louis veuillot"« On veut que toute voix puisse tout dire, et il n’y aurait que les Catholiques qui n’oseraient parler rondement, articuler les mots, toucher aux faits, aux livres, et s’il le faut, dans les limites légitimes, aux personnes ! Enfin, par respect pour un petit nombre d’insensés ou de méchants qui, s’étant voués à la propagande du mal, se diront toujours blessés lorsqu’on blessera le mal, nous souffririons que le mal passe et circule insolemment, qu’il porte dans les intelligences la démoralisation avec l’erreur, que les esprits qu’il obscurcira ne puissent pas même recouvrer la lumière, que l’Église diffamée ne trouve pas de défense immédiate !… Les Chrétiens qui appellent tout cela charité, n’ont de charité ni pour ceux qui font le mal, ni pour leurs victimes ; ils veulent oublier ce que vaut une âme, et ce que peut une vérité ».

Louis Veuillot, 
in « Mélanges »

Dimanche dans l'octave de l'Assomption

Résultat de recherche d'images pour "assomption"

"En montant aujourd'hui dans les cieux, la glorieuse Vierge a certainement porté à son comble la joie des citoyens du ciel. Car elle n'est rien moins que celle dont la voix fit tressaillir de joie, dans les entrailles d'une mère qu'elle a saluée, l'enfant qui y était encore enfermé. Si l'âme d'un enfant qui n'était pas encore né s'est fondue de bonheur à sa voix, quelle ne dut pas être l’allégresse des esprits célestes quand ils eurent le bonheur d'entendre sa voix, de contempler son visage, de jouir de sa présence bienheureuse ?

Mais qui pourra se faire une juste idée de la gloire au sein de laquelle la reine du monde s'est avancée aujourd'hui, de l'empressement plein d'amour avec lequel toute la multitude des légions célestes s'est portée à sa rencontre ; au milieu de quels cantiques de gloire elle a été conduite à son trône, avec quel visage paisible, quel air serein, quels joyeux embrassements elle a été accueillie par son Fils, élevée par lui au-dessus de toutes les créatures avec tout l'honneur dont une telle mère est digne, et avec toute la pompe et l'éclat qui conviennent à un tel Fils ?

Sans doute, les baisers que la Vierge mère recevait des lèvres de Jésus à la mamelle, quand elle lui souriait sur son sein virginal, étaient pleins de bonheur pour elle, mais je ne crois pas qu'ils l'aient été plus que ceux qu'elle reçoit aujourd'hui du même Jésus assis sur le trône de son Père, au moment heureux où il salue son arrivée, alors qu'elle monte elle-même à son trône de gloire, en chantant l'épithalame et en disant : « Qu'il me baise d'un baiser de sa bouche. » Qui pourra raconter la génération du Christ et l'Assomption de Marie ? Elle se trouve dans les cieux comblée d'une gloire d'autant plus singulière que, sur la terre, elle a obtenu une grâce plus insigne que toutes les autres femmes".

Saint Bernard, célébré ce 20 août.


Image de la semaine


Fête du 15 août 2017 au Puy-en-Velay.

Sagesse des anciens

Quand quelque chose a été à plusieurs reprises légitimement décidé avec le consentement des assistants, il doit éviter plus tard de discuter à nouveau, sous un prétexte quelconque, sur la même question; donnant ainsi l'impression de vouloir non pas tant amender ce qui a été fait, mais plutôt extorquer le consentement des autres à sa propre opinion.

19 août

720ème anniversaire de la mort de 

saint Louis d'Anjou 

le 19 août 1297 à 23 ans
(8 jours après la canonisation de son grand-oncle saint Louis IX)
Evêque de Toulouse et Confesseur

& 7e centenaire de sa canonisation 

par Jean XXII, son ancien official, le 7 avril 1317

File:Sant'Alvise (Venice) interior - Saint Louis, sacred, bishop of Toulouse by Pietro Damini.jpg
Sacre de saint Louis d'Anjou.


File:Simone Martini 013.jpg
Saint Louis d'Anjou couronnant son frère Robert le Sage, roi de Naples.

Saint Louis d'Anjou, priez pour notre prince Louis d'Anjou
et Monseigneur le Dauphin, Louis également !

Résultat de recherche d'images pour "louis d'anjou"

Citation

"Mais Dieu se rit des prières qu'on lui fait pour détourner les malheurs publics, quand on ne s'oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je ? quand on l'approuve et qu'on y souscrit, quoique ce soit avec répugnance".
Bossuet, 

Actualités en bref


Prince Sébastien, suiteGrande-Bretagne
La famille grand-ducale auprès du prince Sébastien 
Le 11 août dernier, la famille grand-ducale du Luxembourg s'est rendue à l'Académie militaire de Standhurst à l'occasion de la Sovereign's Parade, pour entourer S.A.R. le prince Sébastien de Luxembourg (25 ans, 46e successible à la Couronne de France), qui y a reçu un diplôme, comme son grand-père le prince Jean, à l'issue de sa formation avec 196 cadets britanniques.
Prince Sébastien, suite


Le prince Albert à Edimbourg
Le 8 août, le prince Edouard de Wessex et S.A.S. le prince de Monaco ont inauguré le festival international d'Edimbourg.
 Edinburgh International Festival,

Argentine
La reine des Pays-Bas à l'enterrement de son père
S.M. la reine des Pays-Bas, accompagnée de toute la famille royale, a assisté le 10 août en Argentine aux obsèques de son père qu'elle avait veillé dans ses derniers moments.
Funérailles

Sagesse des anciens

Et qu'il [le Préposé général] ne change pas, ni ne tente de changer avec facilité, ou sans une raison très grave, ce que son prédécesseur a fait légitimement. Qu'il fasse en sorte que cette règle soit observée en général y compris par les autres Préposés. De ces changements peut en effet naître un grand trouble dans les âmes, et cette sainte unanimité des cœurs, qu'il est particulièrement tenu d'alimenter, de conserver et d'accroître dans toute la Congrégation peut être offensée, afin qu'avec une seule âme et une seule voix, nous rendions gloire à Dieu (Romains 16: 6), et qu'il n'y ait pas de divisions entre nous (1 Cor 1:10).

Evénement

Blason

Homélie du cardinal Sarah en Vendée

Résultat de recherche d'images pour "cardinal sarah"Invité pour le 7e centenaire du diocèse de Luçon, du 12 au 15 août, S.Em.R. le cardinal Robert Sarah a fait l’éloge de la Vendée et de ses habitants, meurtris sous la Révolution, dans son homélie de la messe du samedi 12 août 2017.


« Mes frères,


Nous offrons ce soir le sacrifice de la Messe pour le repos de l’âme de tous les bénévoles du Puy-du-Fou décédés depuis le début de cette belle œuvre, il y a quarante ans.

Par votre travail, vous tous qui êtes ici rassemblés, vous réveillez chaque soir la mémoire de ce lieu. Le château du Puy-du-Fou, ruine douloureuse, abandonnée des hommes, s’élève comme un cri vers le Ciel. Entrailles ouvertes, il rappelle au monde que, face à la haine de la foi, un peuple s’est levé : le peuple de Vendée !

Mes chers amis, en donnant vie à cette ruine, tous les soirs, vous rendez la vie aux morts ! Vous rendez la vie à tous les Vendéens morts pour leur foi, pour leurs églises et pour leurs prêtres. Votre œuvre s’élève sur cette terre comme un chant portant le souvenir des martyrs de la Vendée ! Vous faites vivre ces trois cent mille hommes, femmes et enfants, victimes de la Terreur ! Vous donnez une voix à tous ceux que l’on a voulu faire taire, parce qu’ils refusaient de se laisser arracher la liberté de croire et de célébrer la Messe ! Je vous le dis solennellement : votre œuvre est juste et nécessaire. Par votre art, par vos chants, par vos prouesses techniques, vous offrez enfin une digne sépulture à tous ces martyrs que la haine révolutionnaire avait voulu laisser sans tombeau, abandonnés aux chiens et aux corbeaux !

Face au déferlement planifié et méthodique de la Terreur, les Vendéens savaient bien qu'ils seraient écrasés. Ils ont pourtant offert leur sacrifice au Seigneur en chantant.

Votre œuvre est donc bien plus qu’une œuvre simplement humaine. Elle est comme une œuvre d’Eglise. Votre œuvre est nécessaire ! Car nos temps semblent assoupis !

Quand la Révolution voulut priver les Vendéens de leurs prêtres, tout un peuple s’est levé. Face aux canons, ces pauvres n’avaient que leurs bâtons ! Face aux fusils, ils n’avaient que leurs faux ! Face à la haine des colonnes terroristes, ils n’avaient que leur chapelet, leur prière et le Sacré-Cœur cousu sur leur poitrine !

Mes frères, les Vendéens ont simplement mis en pratique ce que nous enseignent les lectures de ce jour. Dieu n’est pas dans le tonnerre et les éclairs, il n’est pas dans la puissance et le bruit des armes. Il se cache dans la brise légère ! Face au déferlement planifié et méthodique de la Terreur, les Vendéens savaient bien qu’ils seraient écrasés. Ils ont pourtant offert leur sacrifice au Seigneur en chantant. Ils ont été cette brise légère, brise en apparence balayée par la puissante tempête des colonnes infernales. Mais Dieu était là. Sa puissance s’est révélée dans leur faiblesse ! L’histoire – la véritable histoire – sait qu’au fond, les paysans vendéens ont triomphé. Par leur sacrifice, ils ont empêché que le mensonge de l’idéologie ne règne en maître. Grâce aux Vendéens, les prêtres ne sont pas devenus les esclaves serviles d’un Etat totalitaire, ils ont pu demeurer les libres serviteurs du Christ et de l’Eglise. Les Vendéens ont entendu l’appel que le Christ nous lance dans l’Evangile de ce jour : « Confiance ! C’est moi, n’ayez pas peur ! ». Alors que grondait la tempête, alors que la barque prenait l’eau de toute part, ils n’ont pas eu peur, tant ils étaient certains que, par delà la mort, le Cœur de Jésus serait leur unique patrie !

Mes frères, nous Chrétiens, nous avons besoin de cet esprit des Vendéens ! Nous avons besoin de cet exemple ! Comme eux, il nous faut quitter nos semailles et nos moissons, laisser là nos sillons, pour combattre, non pour des intérêts humains, mais pour Dieu !

Qui donc se lèvera aujourd’hui pour Dieu ? Qui osera affronter les persécuteurs modernes de l’Eglise ? Qui aura le courage de se lever sans autres armes que le chapelet et le Sacré-Cœur, pour affronter les colonnes de la mort de notre temps que sont le relativisme, l’indifférentisme et le mépris de Dieu ?

Mes frères, comme nos frères vendéens d’autrefois, nous sommes aujourd’hui appelés au témoignage, c’est-à-dire au martyre ! Aujourd’hui en Orient, au Pakistan, en Afrique, nos frères chrétiens meurent pour leur foi, écrasés par les colonnes de l’islamisme persécuteur. Et toi, Peuple de France, toi, Peuple de Vendée, quand donc te lèveras-tu avec les armes pacifiques de la prière et de la charité pour défendre ta foi ? Mes amis, le sang des martyrs coule dans vos veines, soyez-y fidèles ! Nous sommes tous spirituellement des fils de la Vendée martyre ! Même nous, Africains, qui avons reçu de tant de missionnaires vendéens venus mourir chez nous pour annoncer le Christ. Nous nous devons d’être fidèles à leur héritage !

L’âme de ces martyrs nous entoure en ce lieu. Que nous disent-ils ? Que veulent-ils nous transmettre ? D’abord le courage ! Quand il s’agit de Dieu, aucune compromission n’est possible ! L’honneur de Dieu ne se discute pas ! Et cela doit commencer par notre vie personnelle, de prière et d’adoration. Il est temps, les frères, de nous révolter contre l’athéisme pratique qui asphyxie nos vies ! Prions en famille, laissons à Dieu la première place ! Une famille qui prie est une famille qui vit ! Un Chrétien qui ne prie pas, qui ne sait pas laisser de place à Dieu par le silence et l’adoration, finit par mourir !

De l’exemple des Vendéens, nous devons aussi apprendre l’amour du Sacerdoce. C’est parce que leurs « bons prêtres » étaient menacés qu’ils se sont révoltés. Vous, les plus jeunes, si vous voulez être fidèles à l’exemple de vos aînés, aimez vos prêtres, aimez le sacerdoce ! Vous devez vous poser la question : et moi, suis-je appelé aussi à être prêtre à la suite de tous ces prêtres martyrisés par la Révolution ? Aurai-je moi aussi le courage de donner toute ma vie pour le Christ et mes frères ?

Les martyrs de Vendée nous apprennent encore le sens du pardon et de la miséricorde. Face à la persécution, face à la haine, ils ont gardé au cœur le souci de la paix et du pardon. Souvenez-vous comment le chef Bonchamp fit relâcher cinq mille prisonniers quelques minutes avant de mourir. Sachons affronter la haine sans ressentiment et sans aigreur. Nous sommes l’armée du Cœur de Jésus, comme Lui nous voulons être plein de douceur !

Enfin, des martyrs vendéens, il nous faut apprendre le sens de la générosité et du don gratuit. Vos ancêtres ne se sont pas battus pour leurs intérêts, ils n’avaient rien à gagner. Ils nous donnent aujourd’hui une leçon d’humanité. Nous vivons dans un monde marqué par la dictature de l’argent, de l’intérêt, de la richesse. La joie du don gratuit est partout méprisée et bafouée.

Or, seul l’amour généreux, le don désintéressé de sa vie peut vaincre la haine de Dieu et des hommes, qui est la matrice de toute révolution. Les Vendéens nous ont appris à résister à toutes ces révolutions. Ils nous ont montré que face aux colonnes infernales, comme face aux camps d’extermination nazis, face aux goulags communistes, comme face à la barbarie islamiste, il n’est qu’une seule réponse : le don de soi, de toute sa vie. Seul l’amour est vainqueur des puissances de mort !

Aujourd’hui encore, plus que jamais peut-être, les idéologues de la révolution veulent anéantir le lieu naturel du don de soi, de la générosité joyeuse et de l’amour. Je veux parler de la famille ! L’idéologie du genre, le mépris de la fécondité et de la fidélité sont les nombreux slogans de cette révolution. Les familles sont devenues comme autant de Vendée à exterminer. On planifie méthodiquement leur disparition, comme autrefois celle de la Vendée. Ces nouveaux révolutionnaires s’inquiètent devant la générosité des familles nombreuses. Ils raillent les familles chrétiennes, car elles incarnent tout ce qu’ils haïssent. Ils sont prêts à lancer sur l’Afrique de nouvelles colonnes infernales pour faire pression sur les familles et imposer stérilisation, avortement et contraception. L’Afrique, comme la Vendée, résistera ! Partout, les familles chrétiennes doivent être les joyeux fers-de-lance d’une révolte contre cette nouvelle dictature de l’égoïsme !

C’est désormais dans le cœur de chaque famille, de chaque Chrétien, de tout homme de bonne volonté, que doit se lever une Vendée intérieure ! Tout chrétien est spirituellement un Vendéen ! Ne laissons pas étouffer en nous le don généreux et gratuit. Sachons comme les martyrs de Vendée puiser ce don à sa source : dans le Cœur de Jésus.

Prions pour qu’une puissante et joyeuse Vendée intérieure se lève dans l’Eglise et dans le monde !"

Deux-Siciles

Exposition sur le roi Charles III d'Espagne

Charles III d'Espagne
Fils de Philippe V
Charles Ier, duc de Parme et Plaisance (1731)
Charles VII, roi de Naples (1734)
Charles V, roi de Sicile et de Jérusalem (1735)
Charles III, roi d'Espagne et des Indes (1759)

"De Barcelone à Naples"

Le 10 août dernier, S.M. le roi titulaire des Deux-Siciles, le prince Pierre de Bourbon-Deux-Siciles, duc de Calabre, et sa famille ont visité l’exposition “Carlos de Borbon, de Barcelona a Napoles” organisée à Barcelone par l’Ordre Constantinien, consacrée à Carlos III, leur ancêtre, du 29 juin au 17 octobre. Sa mère la reine douairière titulaire, la princesse Anne d'Orléans, veuve de l’Infant Charles et duchesse douairière de Calabre, était entourée de ses 5 enfants, 3 de ses beaux-enfants et 9 de ses 20 petits-enfants.


1er rang de gauche à droite : le prince Jean de Bourbon-Siciles (14 ans, deuxième fils du duc de Calabre), Thérèse Carelli Palombi des Marquis de Raiano (14 ans, fille aînée de la princesse Ines), Anastase Nomikos (12 ans, fils aîné de la princesse Victoria), le prince Paul de Bourbon-Siciles (13 ans, 3e fils du duc de Calabre), le prince Pierre de Bourbon-Siciles (10 ans, 4e fils du duc de Calabre), Charles Nomikos (9 ans, 2e fils de la princesse Victoria) et l’archiduc Philippe d’Autriche (10 ans, 3e fils de la princesse Marie Paloma).

Au second rang, de gauche à droite : la princesse Ines de Bourbon-Siciles et son mari Michel Carelli Palombi des Marquis de Raiano, la duchesse et le duc de Calabre, la princesse Anne d'Orléans, duchesse douairière de Calabre, l’archiduc Jean d’Autriche (20 ans, fils aîné de la princesse Marie Paloma), la princesse Victoria de Bourbon-Siciles et son époux Markos Nomikos, la princesse Marie Paloma de Bourbon-Siciles, Pierre Lopez-Quesada (14 ans, fils de la princesse Christine) et la princesse Christine de Bourbon-Siciles. 


Sagesse des anciens supprimer

Quemadmodum in ea cura diligens esse debet, ut quae constituta vel decreta sunt, observentur; ita ipse in ordinationibus faciendis parcus sit, et a rebus novis alienus (n. 48).
Tout comme il [le Prépose général] doit être scrupuleux dans l'engagement à faire respecter les Constitutions et les Décrets [des Chapitres généraux], il doit être modéré dans l'émission des règlements et hostile aux nouveautés.

Octave de l'Assomption

 
Quant à nous, comme celui que nous adorons est Dieu, un Dieu qui n'est pas venu du non-être à l'existence, mais qui est éternel engendré de l'éternel, qui dépasse toute cause, parole, idée soit de temps soit de nature, c'est la Mère de Dieu que nous honorons et vénérons. Nous ne voulons pas dire qu'il tienne d'elle la naissance intemporelle de sa divinité - la génération du Verbe de Dieu est hors du temps et éternelle comme le Père - mais nous confessons une seconde naissance, par incarnation volontaire, et de celle-ci nous connaissons la cause et nous la proclamons par nos louanges. Il se fait chair, celui qui est éternellement incorporel, "à cause de nous et à cause de notre salut", pour sauver le semblable par le semblable. Et s'incarnant, il naît de cette Vierge sacrée sans union humaine, restant lui-même Dieu tout entier, et tout entier devenu homme; pleinement Dieu avec sa chair, et pleinement homme avec son infinie divinité. C'est en reconnaissant ainsi cette Vierge comme Mère de Dieu que nous célébrons sa dormition : nous ne l'appelons pas une déesse - loin de nous ces fables de l'imposture grecque ! puisque nous annonçons aussi sa mort. Mais nous la reconnaissons pour la Mère de Dieu incarné. 

Célébrons-la aujourd'hui, par des chants sacrés, nous qui avons été enrichis au point d'être le peuple du Christ et de porter ce nom ! Honorons-la par des stations nocturnes ! Réjouissons-la par la pureté de l'âme et du corps, elle qui réellement est plus pure que tous les êtres sans exception après Dieu car le semblable se plaît au semblable. Rendons-lui hommage par notre miséricorde et notre compassion à l'égard des indigents. Si rien ne fait honneur à Dieu comme la miséricorde, qui contestera que sa Mère soit honorée par les mêmes sentiments, elle qui a mis à notre disposition cet abîme ineffable, l'amour de Dieu pour nous ? 
Résultat de recherche d'images pour "saint jean de damas"
Par elle nos hostilités séculaires avec le Créateur ont pris fin. Par elle notre réconciliation avec Lui fut proclamée, la paix et la grâce nous furent données, les hommes unissent leurs chœurs à ceux des anges, et nous voilà faits enfants de Dieu, nous qui étions auparavant un objet de mépris ! Par elle nous avons vendangé le raisin qui donne la vie; d'elle nous avons cueilli le germe de l'incorruptibilité. De tous les biens elle est devenue pour nous la médiatrice. En elle Dieu s'est fait homme, et l'homme est devenu Dieu. Quoi de plus paradoxal ? Quoi de plus heureux ?

Saint Jean Damascène 

Sagesse des anciens

"Si le travail sur les Constitutions s'était avéré extrêmement intéressant, parce qu'il m'avait ouvert les richesses de ce qui avait été le code fondamental des Barnabites pendant quatre cents ans (1579-1976), le travail sur les Regulae officiorum s'annonce encore plus passionnant, parce que, en plus d'y retrouver l'esprit de la congrégation, on se trouve face à la vie concrète, de tous les jours, avec ses aspects positifs et négatifs, et avec des indications claires sur la façon de se comporter.

Je reste bouche bée devant tant de sagesse, qui n'est certainement pas improvisée, mais le résultat d'une longue et douloureuse expérience. Et c'est justement ce qui touche le plus: nos aînés n'avaient pas la prétention d'«inventer » leur vie tous les jours, comme nous sommes portés - et souvent invités, même d'en-haut - à le faire aujourd'hui; ils mettaient à profit les enseignements d'une tradition antérieure (le magistère des Pères du désert), ils y ajoutaient leur expérience vécue et tout cela, ils le transformaient en précieuses lignes directrices pour eux-mêmes et leurs successeurs.

C'est quelque chose qu'aujourd'hui, nous avons perdu complètement. Nous sommes convaincus que chaque jour, nous devons repartir de zéro. Ce qui appartient au passé est ipso facto vieux, obsolète, et n'a donc plus rien à dire; c'est nous qui devons jour après jour décider de la meilleure façon de nous comporter. Sur la base de quoi ? De ce qui, au moment actuel, nous semble le plus utile. Et nous ne remarquons pas que c'est la meilleure façon d'aller vers un échec certain. Regardez, juste pour donner un exemple, ce qui se passe dans le domaine législatif: les lois qui sont approuvées sont généralement le produit de compromis entre différentes visions idéologiques, pour la plupart loin de la réalité, et sont souvent le résultat d'une maigre culture et de l'improvisation. Avec le résultat qu'elles sont déjà vieilles avant d'être approuvées et, après quelques années, doivent être remplacées par d'autres lois avec les mêmes défauts.

Je voudrais au contraire vous faire partager l'esprit qui animait la vie d'un ordre religieux jusqu'à il y a pas très longtemps (depuis un certain temps, la mentalité répandue dans le monde s'est malheureusement également introduite à l'intérieur de l'Eglise et de la vie religieuse). Trois des quelque cent normes qui régissaient l'office du Supérieur général (appelé chez nous, comme chez les jésuites, «Préposé Général») suffisent pour avoir une idée".



Confrérie


La Confrérie royale a la joie de vous annoncer
compter en ce jour béni de l'Assomption de Notre-Dame 
72 membres, 
dont la moitié de voués à la Couronne de France
et 13 Ecclésiastiques.

Deo gratias !


Les impétrants à l'entrée le 25 août prochain à Paris 
(ainsi que les autres membres) 
sont invités à se préparer à la grande fête de la Saint-Louis
par une neuvaine préparatoire,
à savoir le chant du Veni Creator :


et la prière suivante :

Sire le Roi,
qui envoyiez Vos plus beaux chevaliers
en escoutes à la pointe de l’armée chrétienne,
daignez vous souvenir d’un fils de France
qui voudrait se hausser jusqu’à vous
pour mieux servir Sire Dieu et dame Sainte Église.
Donnez-moi du péché mortel
plus d’horreur que n’en eut Joinville qui pourtant fut bon Chrétien,
et gardez-moi pur comme les lys de votre blason.
Vous qui teniez votre parole, même donnée à un Infidèle,
faites que jamais mensonge ne passe ma gorge,
dût franchise me coûter la vie.
Preux inhabile aux reculades,
coupez les ponts à mes feintises,
et que je marche toujours au plus dru.
Ô le plus fier des barons français,
inspirez-moi de mépriser les pensées des hommes
et donnez-moi le goût de me compromettre
et de me croiser pour l’honneur du Christ.
Enfin, Prince au grand Cœur,
ne permettez pas que je sois jamais médiocre, mesquin ou vulgaire,
mais partagez-moi votre Cœur Royal
et faites qu’à Votre exemple, je serve à la française, royalement.
Ainsi soit-il.

Ce blogue a atteint ce jour 65 000 visites, code postal de Tarbes (Lourdes)...