12 avril

Pas de liberté...

Dédié à tous les libéraux qui font confiance à la République et qui croient en la démocratie d'Etat (la France était en 1903 très majoritairement catholique), ainsi qu'à tous les légalistes.

Résultat de recherche d'images pour "expulsion des congrégations 1903"

12 avril 1903

La République expulse les Congrégations.


« Le 12 avril, le révérend père général des Chartreux, Dom Michel, a écrit à Combes afin de lui faire part de son refus de quitter les murs d'un monastère fondé au XIe siècle. Lui accordant son pardon pour « les procédés si peu dignes d'un chef de gouvernement », le prieur l'a toutefois averti de se préparer à comparaître « devant le tribunal de Dieu ». La conclusion prouvait qu'on peut être un vieux moine et pratiquer l'impertinence : « À bientôt, monsieur le Président du Conseil ! Je ne suis plus jeune et vous avez un pied dans la tombe. Préparez-vous, la confrontation que je vous annonce vous réserve des émotions inattendues. »

Le 20, le procureur de la République a fait apposer les scellés sur les accès au monastère. Mais pour défendre « ses » Chartreux, la population s'est mobilisée. Sous la neige et dans le froid, des hommes et des femmes sont arrivés de partout. La nuit, autour de feux de bois, ils se chauffent comme ils le peuvent. Le 28 avril, ils doivent être 5 000. Certains chantent des cantiques ou récitent leur chapelet, mais quand les troupes se profilent sur la route, le 29 avril, à 2 heures du matin, c'est La Marseillaise que les manifestants entonnent. Et ils crient : « Vive l'armée ! Vive les Chartreux ! Vive la liberté ! »

Dans les derniers kilomètres, les soldats ont dû déblayer des barrages dressés avec des arbres ou des charrettes renversées. Devant eux sont massés les milliers de manifestants qui bloquent le passage. Il faut une bonne heure pour que les fantassins, mètre par mètre, fendent la foule. Les cavaliers les suivent, de même que les trois calèches qui, encadrées par une cinquantaine de gendarmes, transportent les magistrats. À l'intérieur du monastère, à trois heures et demie, pendant que les cloches sonnent le glas, les moines se regroupent dans l'église et rejoignent leur stalle. Le prieur entame la lecture de l'office du jour.

Dehors, la foule est toujours aussi compacte. On fait charger les chevaux pour briser la chaîne humaine qui interdit l'accès aux portes. En vain. Les manifestants crient toujours : « Vive les Chartreux ! », « Vive l'armée ! », « Vive la République ! » [Pauvres naïfs ! NDLR] Si les soldats —qui sont des appelés— s'efforcent de ne blesser personne, les gendarmes ont moins de scrupules. À quatre heures du matin, l'entrée du monastère est dégagée. S'approchant du grand portail, un magistrat sonne trois fois : « Je suis le juge d'instruction, ouvrez. » « Non », répond une voix derrière le guichet. « Nous sommes ici au nom de la loi. » « Il n'y a plus de loi », rétorque le moine.

Le procureur ordonne au capitaine de gendarmerie de faire enfoncer la porte de service. Vingt minutes sont nécessaires aux sapeurs du génie, sous les sifflets de la foule, pour accomplir leur besogne. À 5 heures, alors que les premières lueurs du jour dévoilent les montagnes, les forces de l'ordre pénètrent dans l'enceinte. Elles défoncent la porte de l'hôtellerie, puis la grille du cloître, et débouchent au premier étage, au niveau de la tribune de l'église. Dans leurs stalles, les moines se tiennent immobiles. Le juge d'instruction aperçoit Jean-François Pichat, député de Grenoble, et Me Poncet, avocat à la Cour d'appel, venus assister les Chartreux. « Je vous somme d'ouvrir, clame le magistrat, au nom de la loi ! »

Faute de réponse, le juge et le procureur descendent l'escalier qui mène au rez-de-chaussée, et commandent aux gendarmes de défoncer la porte de l'église. Ils y pénètrent enfin, le chapeau sur la tête.

Les moines entonnent le Sub tuum, un chant d'invocation à la Vierge. Il reste à franchir la grille de bois qui sépare les stalles du reste de la nef. Un caporal escalade le jubé, et l'ouvre. Vingt-deux Chartreux sont là. Pour le prieur et pour chacun d'entre eux, un mandat d'amener est rédigé. Puis chacun des religieux est empoigné par deux gendarmes. À 7 heures du matin, tout est fini.

Après un ultime interrogatoire à l'hôtellerie des Dames, face au monastère. Le lendemain, le commandant de Coubertin, commandant du 2e Dragon, envoie sa démission au ministre de la Guerre."

Tiré de Quand les catholiques étaient hors la loi de Jean Sevilla (éditions Perrin page 9)

Sans titre.jpeg


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire