Maison de la Reine


elle30thanniversarypartyvb-ijcjpqrzl
La Reine à Madrid...
Au Cercle des Beaux-Arts de Madrid avait lieu la fête organisée pour les 30 ans du magazine « Elle Espagne ». Parmi les nombreuses personnalités présents, Mme la duchesse d’Anjou, de jure S.M. la reine de France, venue en compagnie de son ami le styliste Jorge Vazquez (source - Copyright photos : Getty images).

...et la reine d'Espagne à Paris

S.M. la reine d’Espagne est présente ce 31 octobre 2016 au Palais des Congrès de Paris afin de présider le Congrès mondial sur le cancer, en tant que présidente de l’association espagnole de lutte contre le cancer.

31 octobre

Vigile de la Toussaint

Pendant longtemps je ne me suis pas demandé pourquoi Pie XII avait supprimé la plupart des vigiles. Pour la bonne raison que je suivais mon bréviaire et que celui-ci avait été imprimé juste avant les réformes de Pie XII. Quand j’ai appris que Pie XII avait supprimé les vigiles, je me suis dit que c’était pour supprimer une série de désagréables jours de jeûne. Mais ça ne tient pas. Parce que j’ai découvert aussi que, hormis quelques hurluberlus prenant au sérieux l’Evangile, la liturgie, les pères de l’Eglise et la plupart des saints, il y avait belle lurette qu’on ne jeûnait plus dans l’Eglise latine (je précise bien : latine). 
Or nulle part je ne vois la raison pour laquelle Pie XII a supprimé les vigiles, et donc une série de messes particulières, et de lectures de pères. 
Puis j’ai pensé à Mgr Léon Gromier, chanoine de Saint-Pierre de Rome, consulteur de la Sacrée Congrégation des rites, qui avait écrit un texte très critique sur le décret de « simplification des rubriques ». 
Voici ce qu’il disait : 
On aimerait savoir pourquoi S. Laurent conserve sa vigile, tandis que les apôtres perdent la leur. La vigile de S. Laurent a bien sa messe propre, mais la vigile de plusieurs apôtres avait aussi la sienne. S. Laurent avait bien une octave, mais il ne l'a plus. Hormis ces vigiles, auxquelles s'ajoutent les deux privilégiées de Noël et de la Pentecôte, toutes les autres, générales ou particulières, sont supprimées.
Ces vigiles ne compliquaient pas beaucoup la liturgie. La plupart de leurs messes ne manquaient pas d'intérêt. Les vigiles communes qui tombent un dimanche ne sont pas anticipées au samedi; elles sont omises. L'anticipation des vigiles était fondée sur le jeûne, qui est exclu par le dimanche. La vigile disparaîtra avec le souvenir du jeûne. 
La vigile disparaîtra avec le souvenir du jeûne. C’est le souvenir même du jeûne qu’il faut supprimer. C’est pourquoi en 1969 on a supprimé la mention du jeûne de toutes les oraisons du carême. Il fallait en supprimer jusqu’au souvenir… 
Voici ce que dit dom Pius Parsch de ce jour : 
“Le Seigneur a magnifiquement glorifié ses saints et il les exauce quand ils crient vers lui.” La Vigile d’une fête est moins, actuellement, une nuit de veille qu’un jour de pénitence et de purification ; une purification de la demeure de l’âme pour la grande fête. Les vigiles sont des jours tout indiqués pour la confession. Précisément la vigile d’aujourd’hui a un caractère plus strict aux yeux du peuple à cause du jeûne. Si nous voulions attribuer à la vigile d’aujourd’hui une formule liturgique, nous choisirions probablement la première partie du Confiteor : En présence du chœur de tous les saints, je confesse mes péchés : mea culpa, mea maxima culpa !

Fin du mois du Très Saint Rosaire

Résultat de recherche d'images pour "chapelet"Afficher l'image d'origine

Le 31 octobre 1942, la cathédrale de Lisbonne fut la scène de l'une des plus grandioses cérémonie tenues dans son enceinte bénie. C'était à l'occasion de la clôture des fêtes en l'honneur du 25e anniversaire des apparitions de Fatima. Le sanctuaire de Fatima était déjà devenu aussi célèbre en Europe que celui de Lourdes. On avait érigé une magnifique basilique. De nombreuses guérisons miraculeuses avaient eu lieu. L'humble petit village d'autrefois était devenu le lieu de pèlerinages annuels tels qu'on n'en avait jamais connu de semblables dans le monde chrétien.

A l'occasion du jubilé d'argent de Fatima, l'épiscopat portugais tout entier tenait à manifester sa présence à la cathédrale, à côté du Nonce Apostolique et des autorités civiles et militaires. De Rome, la voix du Saint-Père se fit entendre, s'adressant à l'auguste assemblée et consacrant le monde au Coeur Immaculé de Marie. Voici les paroles du Souverain Pontife Pie XII, qui fut un ardent apôtre de cette dévotion à la Très Sainte Mère de Dieu. (Source)

Consécration du genre humain au Coeur immaculé de Marie

Afficher l'image d'origine« Reine du Très Saint Rosaire, Refuge du genre humain, Triomphatrice de toutes les batailles de Dieu, nous nous prosternons humblement devant votre trône. Nous sommes sûrs d'obtenir miséricorde et de trouver grâce et secours opportun dans les présentes calamités, non à cause de nos mérites, car ils sont si pauvres, mais uniquement à cause de l'immense bonté de votre Coeur maternel. 
« A vous, à votre Coeur Immaculé, en cette heure tragique de l'histoire humaine, Nous confions, Nous offrons, Nous consacrons non seulement la Sainte Eglise, corps mystique de Votre Fils qui souffre et saigne en tant d'endroits, mais aussi le monde entier, déchiré par de profondes discordes, embrasé par des incendies de haine, victime de ses propres iniquités. 
« Laissez-vous toucher par tant de ruines matérielles et morales, par tant de douleurs, tant d'angoisses de pères, de mères, d'époux, de frères, de soeurs, d'enfants innocents, par tant de vies fauchées dans la fleur de leur jeunesse, par tant de corps déchiquetés dans d'horribles carnages, par tant d'âmes torturées et agonisantes, en péril de se perdre éternellement. Ô Mère de miséricorde, obtenez-nous de Dieu la paix et en premier lieu les grâces qui peuvent en un moment convertir les coeurs pervers, les grâces qui préparent, concilient, assurent la paix. 
« Reine de la paix, priez pour nous et donnez au monde en guerre la paix après laquelle les peuples soupirent, la paix dans la vérité, dans la justice, dans la charité du Christ... Aux peuples séparés de nous par l'erreur ou par la discorde, et spécialement à celui qui professe pour Vous une dévotion singulière, à celui chez qui il n'y avait pas une seule maison qui ne montrât votre icône vénérée (aujourd'hui peut-être cachée et réservée pour des jours meilleurs) donnez la paix et ramenez-les à l'unique bercail du Christ, sous l'unique et vrai Pasteur. »

Afficher l'image d'origine

Citation

Afficher l'image d'origine
« Nous, les Catholiques, n’avons aucune raison de célébrer le 31 octobre 1517, la date qui marque le début de la [prétendue, NDLR] Réforme et qui mena à la rupture du Christianisme occidental. 
Si nous sommes convaincus que la Révélation divine est restée inchangée et préservée à travers les Écritures et la Tradition, dans la doctrine de la foi, dans les sacrements, dans la constitution hiérarchique de l’Église, fondée sur le sacrement de l’ordination sacerdotale, nous ne pouvons accepter qu’il existe des raisons suffisantes pour se séparer de l’Église ».
Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

Evénement

Séisme en Italie
Destruction de la basilique Saint-Benoît de Nursie

CwABPnqXYAAQWON

A l'aurore du dimanche du Christ Roi, un fort séisme a de nouveau fait trembler le centre de la péninsule italienne, déjà touché ces derniers mois. La basilique Saint-Benoît de Nursie, construite à l'emplacement de la maison natale de saint Benoît et de sainte Scholastique, a été détruite, mais les religieuses ont pu être évacuées saines et sauves. La cathédrale adjacente Sainte-Marie a également été touchée. Les secousses ont chamboulé le programme du pèlerinage Summorum Pontificum organisé cette fin de semaine à Rome et... Nursie. Photographies et vidéos ici.

Christ Roi

Dernier dimanche d'octobre

Fête du Christ Roi de l'Univers

Afficher l'image d'origine


Fête de tous les Rois et Princes chrétiens


Vive le Roi ! Vivent nos Princes !

Afficher l'image d'origine

Lettre ouverte aux Pères de famille 
en la fête du Christ-Roi

Résultat de recherche d'images pour "christ roi"
 « Le nom et la puissance de roi doivent être attribués, au sens propre du mot, au Christ dans Son humanité », déclarait le pape Pie XI il y a à peine 91 ans. « Il revendique le titre de roi, Il proclame publiquement qu'Il est roi, Il déclare solennellement que toute puissance Lui a été donnée au ciel et sur la terre. Qu'entend-Il par là, sinon affirmer l'étendue de Sa puissance et l'immensité de Son royaume ? ».
Cette soumission nous est rendue aisée par le fait que Jésus Se présente à nous surtout comme le roi de nos cœurs. Mais les cœurs ne sont pas l’unique juridiction du Seigneur : Il a tout pouvoir, partout, et Son autorité fonde celle des rois légitimes, ainsi que l’enseigne l’encyclique Quas primas (1925) : « En imprimant à l'autorité des princes et des chefs d'État un caractère sacré, la dignité royale de Notre Seigneur ennoblit du même coup les devoirs et la soumission » envers eux : même chose dans les familles et de la royauté terrestre des princes chrétiens, qui reçoit sa juste place entre Dieu et les parents dans la vertu de piété filiale.
Parlons aujourd’hui de votre propre royauté, le vénérable abbé Boudon disant : « L’homme est un petit monde et il doit commander à ses passions, et les gouverner en roi ». Mais comme il y a analogie, il faut bien comprendre ce qu’est la royauté, Notre Seigneur ne Se proclamant pas le « Président de la République » des Juifs, ni leur « Premier ministre », ni leur « Secrétaire général », et les Cieux n’étant dans l’Évangile ni une démocratie, ni une république, ni même un régime parlementaire (jusqu’à preuve du contraire tout au moins).
Avant d’entrer dans le vif du sujet, petite question : qu’est-ce qui différencie un président chef de parti, d’un roi ? Le roi l’est normalement par hérédité, sans l’avoir choisi (ce qui éviterait aux États-Unis une année de palabres stériles et inutiles), parce qu’il est l’héritier d’une famille qui se trouve au-dessus des autres pour les servir et les défendre, et qu’il a les grâces d’état pour cela ; il appartient à tous, il n’est le chef d’aucun clan, il a pour mission de défendre ses peuples dont il est le père, en tant que chef des chefs de famille. L’exercice de cette charge est pour lui un devoir, mais aussi un droit : les Papes et les Saints (voire les deux) ont même maudit d’avance ceux qui usurperaient leur pouvoir légitime (je vous renvoie notamment à saint Remi, à nos origines, aux conciles de notre histoire, et à Mgr de Ségur, il y a un siècle et quelque).
Nos ancêtres ont aimé leurs rois et la Famille royale, et chaque événement arrivant au Roi (heureux événement, « joyeuse entrée » ou victoire militaire) était célébré par tous comme touchant tout le reste du corps mystique qu’était la société chrétienne. Les cloches sonnaient dans toutes les églises, chaque foyer faisait ripailles chez lui ou au village, et même, il n’y avait pas besoin d’attendre les journées du Patrimoine pour visiter Versailles gratuitement et ainsi voir l’incarnation d’un principe, de l’alliance de Dieu et de la nation. En France, le roi est père des Français et époux de la France ; l’analogie avec le Christ est donc bien respectée. Également par le miracle des écrouelles, qui attiraient des malades de toute l’Europe.
Oui, toute paternité, toute royauté légitime vient de Dieu ; et nous y participons tous à des degrés divers. Je pense d’abord aux pères et mères de familles, mais aussi aux personnes célibataires voire mineures : nous sommes tous les rois de notre propre vie. Et comme de bons rois, il nous faut la rendre conforme à ce que Dieu en attend de manière naturelle et surnaturelle.
Et comment régnons-nous ? Respectons-nous les Lois fondamentales que sont les dix Commandements et ceux de l’Église ? Comment régissons-nous notre propre vie ? Certes, notre travail reçoit déjà une organisation de l’extérieur. Mais il reste beaucoup à mettre en ordre : toutes ses soirées, ses fins de semaine, ses temps de loisir. Et en cela, êtes-vous des rois et des reines chrétiens ? En mettant Dieu à la première place ?
Louis XIV, par exemple, avait grande conscience de ce qu’il aurait à rendre compte à Dieu du gouvernement de son royaume, à lui seul dévolu. Et vous, à la veille du jour des morts et du mois des âmes du Purgatoire, avez-vous conscience d’avoir bientôt à rendre compte de tout ce que vous faites et décidez ?
Dans son Vœu à Notre-Dame, son père, Louis XIII, affirmait avec raison avoir pour mission de conduire ses peuples sur la route du Paradis. Et vous ? Les membres de votre famille, avez-vous conscience d’avoir mission de Salut et charge d’âmes envers eux ?
« Les gouvernants et les magistrats ont l'obligation, aussi bien que les particuliers, disait Pie XI, de rendre au Christ un culte public et d'obéir à ses lois. Les chefs de la société civile – et donc aussi les parents – se rappelleront, de leur côté, le dernier jugement, où le Christ accusera ceux qui l'ont expulsé de la vie publique, mais aussi ceux qui l'ont dédaigneusement mis de côté ou ignoré, et punira de pareils outrages par les châtiments les plus terribles ; car sa dignité royale exige que l'État tout entier – et toute famille – se règle sur les commandements de Dieu et les principes chrétiens dans l'établissement des lois, dans l'administration de la justice, dans la formation intellectuelle et morale de la jeunesse, qui doit respecter la saine doctrine et la pureté des mœurs ».
Votre Conseil des ministres, votre « Conseil d’En Haut », c’est votre examen de conscience quotidien, ce sont vos rencontres conjugales établissant le programme et le soin de vos enfants, et de tout le foyer.
C’est également le choix des personnes que vous décidez de recevoir, le partage de la table étant l’expression la plus intime mais aussi la plus solennelle et importante de votre famille. Recevez-vous n’importe qui ou essayez-vous au contraire de ne donner que de bons exemples à toute la maisonnée ? Voilà encore votre charge régalienne.
Quand vient le moment des vacances, les organisez-vous en fonction des dimanches et fêtes qui tombent pendant ce « temps sacré », selon les Messes possibles, et jamais à un endroit où vous n’aurez pas de Messe ? Essayez-vous d’organiser des vacances spirituelles, des pèlerinages en famille ? Comme le 11 novembre prochain par exemple pour la Saint-Martin. Si ces jours sont fériés, c’est bien à l’origine pour les sanctifier ! C’est par tout cela que vous montrez à Dieu et à vos enfants le grand cas que vous faites de la Chrétienté, et que vous gagnez votre Ciel. Rois et reines domestiques, vous contribuez – ou non – à l’édification de la Chrétienté. Votre famille en fait-elle vraiment partie ?
         Il y a un très grand rapprochement à faire et comprendre entre la destruction de la société chrétienne il y a deux cents ans, et l’actuelle destruction de la famille, cellule de base de toute société.
« Qui dira le bonheur de l'humanité si tous, individus, familles, États, se laissaient gouverner par le Christ ! Pour que la société chrétienne bénéficie de tous ces précieux avantages et qu'elle les conserve, il faut faire connaître le plus possible la doctrine de la dignité royale de notre Sauveur » (Pie XI).
« La peste de notre époque, c'est le laïcisme, ainsi qu'on l'appelle, avec ses erreurs et ses entreprises criminelles. Comme vous le savez, Vénérables Frères, ce fléau n'est pas apparu brusquement ; depuis longtemps, il couvait au sein des États. On commença, en effet, par nier la souveraineté du Christ sur toutes les nations ; on refusa à l'Église le droit […] d'enseigner  […] et gouverner les peuples en vue de leur béatitude éternelle. Puis, peu à peu, on assimila la religion du Christ aux fausses religions et, sans la moindre honte, on la plaça au même niveau ». « Fruits encore de cette apostasie, la paix domestique bouleversée par l'oubli des devoirs et l'insouciance de la conscience ; l'union et la stabilité des familles chancelantes ; toute la société, enfin, ébranlée et menacée de ruine ».
Oui : après avoir détrôné le Christ Roi en la personne de nos princes, après avoir chassé Sa sainte Église, voici que le laïcisme s’en est pris aux familles, aux rois des Églises domestiques que sont les pères de famille. Et que des patrons chrétiens s’occupent consciencieusement de leurs employés, selon l’esprit du Catholicisme social très répandu au XIXe siècle, bien avant les prétendus socialistes, l’on taxe aujourd’hui cela de paternalisme ! Comprenez que dans des États où la paternité est détestée, cela n’est pas un compliment.
De même que fut déniée aux rois la pleine souveraineté et imposé le parlementarisme, l’on opposa à l’autorité du père ainsi qu’à la stabilité des familles : la lutte contre la paternité en général, l’avantage presque exclusivement et d’office attribué à la femme, l’aide donnée à la destruction de la famille par la facilitation du divorce, la promotion de l’inversion, en un mot : la « dévirilisation » de la société, pour ne pas employer d’autres termes ! Et cela aux dépens notamment des femmes, qui n’ont plus la sécurité d’un foyer stable, surtout quand elles acceptent de « se mettre en couple » avec quelqu’un qui ne s’engage à rien envers elle.
Détruire le père, c’était également mettre fin à la fécondité : par l’hédonisme, l’individualisme, le travail généralisé des femmes hors du foyer, la contraception, les mille et une tracasseries pour l’adoption, l’interdiction de l’accouchement sous X, et bien sûr le crime abominable de l’avortement.
De même que de nombreuses royautés et principautés légitimes, reconnues et approuvées par l’Église et par le droit, ont été renversées par la Révolution et ses filles, de même la royauté des parents est par voie de conséquence également renversée : l’irruption d’un beau-père ou d’une belle-mère veut se faire reconnaître comme légale, toute sorte de construction ou reconstruction familiale passe pour légitime, selon le principe que chacun fait bien comme il veut. Le divorce est à la famille ce que la Révolution est à la société.
Si le père est comparable à un roi, et la mère à une reine, c’est que ni l’un ni l’autre ne sont choisis par l’enfant (de même qu’ils ne choisissent pas non plus leurs enfants) ; tous deux sont d’ailleurs aussi reconnus par le grand Mgr de Ségur comme de « droit divin », comme dépositaires d’un droit naturel inviolable et imprescriptible, n’en déplaise aux gouvernements actuels qui se succèdent et dénient aux parents l’éducation de leurs enfants (soit clairement, c’est Mme Laurence Rossignol, soit insidieusement et mensongèrement, c’est Najat).
Par leur choix libre, les parents font de leur foyer une société catholique, et la régissent selon les enseignements du Décalogue et de l’Évangile, soumis à la Sainte Église en la personne de leurs évêques et de leurs curés, s’ils sont eux-mêmes fidèles à la doctrine sociale et pérenne de l’Église.
Comme dans les Lois fondamentales qui régissent la France, il est hors de question d’entendre parler d’abdication, de démission, car la responsabilité de la famille qui incombe aux parents n’a pas de fin. Je pense avec horreur à un homme qui se disait géniteur des enfants qu’il avait abandonnés à son épouse, et qui considérait le nouveau beau-père comme le vrai père. Le roi légitime qui reconnaît et encense l’usurpateur ! Le pasteur mercenaire qui se réjouit de laisser le troupeau à un loup déguisé en pasteur ! Le fameux contrat social passé entre individus, sans aucun respect de la loi naturelle !
Quant à la fausse souveraineté du peuple, elle consiste dans la famille au règne actuel de « l’enfant-roi ». –Oh, non, il ne veut pas ; il préfère faire à son idée. La crise d’autorité en est la première responsable, et tout cela ne plaît pas à Dieu. Quand ses Litanies des Saints prient pour la concorde entre les rois et les princes chrétiens, l’Église entend en prolongement la bonne entente, la communion des époux et la prospérité des familles.
« Pour ramener et consolider la paix, Nous ne voyons pas de moyen plus efficace que de restaurer la souveraineté de Notre Seigneur », affirmait Pie XI en instituant la fête du Christ Roi. « Ce serait assurément le devoir des Catholiques de préparer et de hâter ce retour par une action diligente. […] Peut-être faut-il attribuer ce désavantage à l'indolence ou à la timidité des bons ; ils s'abstiennent de résister ou ne le font que mollement ; les adversaires de l'Église en retirent fatalement un surcroît de prétentions et d'audace. Mais du jour où l'ensemble des fidèles comprendront qu'il leur faut combattre, vaillamment et sans relâche, sous les étendards du Christ-Roi – tel saint José Luis Sanchez del Rio[1], petit Cristero de 15 ans, victime de la Révolution maçonnique au Mexique, et que le Saint-Père vient de canoniser (le petit martyr, pas la Révolution !) –, le feu de l'apostolat enflammera les cœurs, tous travailleront à réconcilier avec leur Seigneur les âmes qui l'ignorent ou qui l'ont abandonné, tous s'efforceront de maintenir inviolés ses droits ».
         Dans nos familles dites catholiques traditionnelles : prie-t-on en famille ? Parle-t-on seulement de Dieu dans les conversations ?
         Nos souverains s’imposaient la Messe quotidienne (et saint Louis, jusqu’à trois fois par jour), malgré, vous l’imaginez bien, leurs multiples et graves charges et occupations. Au sacre, nos souverains promettaient de défendre les biens de l’Église et d’extirper l’hérésie. Vous, ce sacre, ce fut votre baptême, puis votre Confirmation. Défendez-vous, et même, faites-vous vôtre l’enseignement – doctrinal et moral – de la Sainte Église, aujourd’hui si attaqué et renié, même par des ecclésiastiques ? Êtes-vous fidèles aux promesses de votre baptême, à votre alliance avec la Sagesse incarnée, comme le demandait Jean-Paul II ?
         Rejetez-vous les modes, les vices, les actions, les comportements, les opinions contre lesquels vous met en garde le Magistère ?
Je vous parlais de Louis XIV. Il donna du scandale, et au combien, par ses adultères publics, et Louis XV par ses débauches. Tout le monde s’accorde pour les condamner en cela. Mais étant de vrais rois chrétiens, non seulement ils en souffraient, mais avant chaque fête de Pâques, en tout cas pour le premier, c’était avec de réels et sincères efforts qu’ils se détachaient du péché.
Toujours est-il que socialement, ils ont donné grand scandale à leurs peuples, avec les conséquences qui en découlent, et en premier le mauvais exemple. Si des pères de famille les ont pris comme prétexte, alors ceux-là devront encore en répondre en plus de leurs propres péchés.
Et vous, donnez-vous du scandale, du mauvais exemple à la société, ou à la société domestique dont vous êtes souverain ? Êtes-vous trop dur, ou au contraire trop faible ? Vous montrez-vous un monarque constitutionnel sans pouvoir, et qui avalise sans broncher ce qui se passe de mal dans votre famille (« indécence des modes, scandales corrupteurs des âmes innocentes », dirait Pie XII), ou encore le trop de temps – ou le temps tout court – que passent vos enfants sur leurs jeux vidéos, leurs tablettes, leurs ordinateurs et leurs téléphones ? Le temps passé à ne rien faire ? Comme me disait l’un d’entre vous, dans sa jeunesse, le dimanche était consacré à la vertu de piété filiale : envers Dieu le matin par une voire deux Messes ; le midi en famille, l’après-midi auprès des anciens, et la fin d’après-midi au Bon Dieu à nouveau par les vêpres, avant de retourner à la pension. Voilà, chers jeunes gens, ce qu’était leur programme du dimanche de vos aînés : et soyez certains qu’ils peuvent aujourd’hui non seulement en être fiers, mais espérer pour cela une belle et bonne récompense au Ciel, ce que ne mériteront aucunement ni vos matches, ni vos play-stations et séances de surf sur Internet.
Concluons avec le pape de l’exaltation de la royauté du Christ : « Fasse le Ciel que nous portions ce joug non pas à contrecœur, mais ardemment, amoureusement, saintement ! Ainsi nous récolterons les heureux fruits d'une vie conforme aux lois du royaume divin. Reconnus par le Christ pour de bons et fidèles serviteurs – et sujets – de Son royaume terrestre, nous participerons ensuite, avec Lui, à la félicité et à la gloire sans fin de Son royaume céleste ».

Abbé Louis de Saint-Taurin +


[1] Il est tout de même incroyable de constater que ce fut Pie XI, le pape de la royauté du Christ, qui abandonna les Cristeros, et que c’est le pape qui réhabilite les théologiens de la libération, qui les canonise : étonnante époque que nous vivons !

Entretien

Actualité romaine
Entretien avec le cardinal Sarah
pour Le Figaro

Blason

Afficher l'image d'origine
Il y a une religion dans le monde qui ne semble pas connaître la crise et qui progresse. Craignez-vous la confrontation avec l’islam ?
J’espère que vous ne donnez pas au mot « confrontation » une connotation guerrière ou conflictuelle. La guerre est l’oeuvre du démon et de ses fils. Ce qui m’inquiète le plus, c’est que l’islam ne rencontre qu’un Occident décadent, sécularisé, areligieux et amoral, et donc un Occident qui n’offre aucune résistance spirituelle. Les statistiques montrent qu’il y aura dans un avenir très proche un grave déséquilibre culturel, religieux et démographique en Occident. L’Occident, décadent, sans enfants, sans familles, disparaîtra, noyé et éliminé par une population d’origine islamique. L’Occident a renié ses racines chrétiennes. Mais un arbre sans racines meurt.

Les Etats ont-ils légitimement le droit de réguler les flux migratoires qui traversent le monde ?
Dans tous les cas, il sera matériellement impossible à l’Occident d’accueillir et de donner du travail à tout le monde. Je pense qu’il est légitime que les Etats puissent réglementer l’immigration. Il ne suffit pas d’accueillir pour réduire les immigrés en mendiants qu’on parque dans des camps et qu’on nourrit comme des bêtes. Il ne faut pas entretenir l’illusion que l’Occident est un paradis terrestre. Mais permettez-moi de dire que l’Occident n’est pas innocent dans ce que nous vivons aujourd’hui. Vous avez cassé l’Irak sans avoir de solution de remplacement. Même chose pour la Libye. Ces pays sont déstabilisés. [...]

Dans votre premier livre, « Dieu ou rien », vous avez dit ce que vous devez à la France…
La France a fait un travail gigantesque et magnifique en Afrique. Il y avait l’aspect colonial, certes, mais votre pays a apporté à l’Afrique une ouverture et, si je vous parle aujourd’hui, c’est parce que la France m’a appris sa langue. Elle m’a aussi apporté toute sa richesse religieuse, culturelle, artistique, et sa vision de l’homme qui était encore chrétienne. Avec ses écoles, la France a instruit beaucoup d’Africains, et elle a fait de même en Asie. Les missionnaires français qui apportaient le christianisme ont donné leur vie pour l’Afrique. On ne peut pas l’oublier. Ceux qui ne voient que l’aspect négatif du colonialisme sont myopes.

Est-il vrai que vous avez appris « Nos ancêtres les Gaulois » à l’école ?
Oui, c’est ce que nous apprenions dans nos manuels. Comme nous étions français, puisque la République de Guinée n’existait pas, c’était dans le programme d’histoire. Nous apprenions cela comme si c’était la réalité, sans réfléchir à la couleur de peau, blanche ou noire. Nous étions enfants, nous croyions ce qu’on nous enseignait, et cela ne nous posait pas de problème. [...]
Source

Lettre du 25

Confrérie de prière

Lettre mensuelle du 25 octobre 2016

Dieu, qui est le maître de l’Histoire, se plaît à nous montrer, pour ceux qui savent les voir et les interpréter, des signes de Sa présence parmi nous. L’homme, quant à lui, a besoin de ces encouragements divins pour le stimuler dans son zèle à défendre les droits de Dieu pour étendre, ici-bas, le Royaume de Dieu.
En ce jour du 25 octobre, deux anniversaires de sacre doivent nous rappeler le soin que Dieu a apporté au Royaume de France, depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque classique : en 1131, le sacre de Louis VII, le héraut de la 2ème Croisade ; en 1722 : le sacre de Louis XV le Bien-Aimé.
Du reste, l’évocation de leur souvenir nous rappelle, à nous membres de la Confrérie Royale, notre mission « seconde » (mais non pas secondaire) qui est, après la Restauration de notre Roi légitime, de prier pour sa personne afin qu’il demeure toujours fidèle aux promesses du sacre et à la mission qui lui est dévolue. Dieu nous donne un Chef, nos prières doivent en faire un Saint. Chaque 25 du mois, chers Membres, ce sont tous nos efforts, nos joies et nos peines qu’il nous faut offrir à l’intention de cette noble cause, certains que « les âmes des justes gouvernent le monde » (Dom Guéranger).

Afficher l'image d'origine
Autre événement historique devant ranimer notre amour de la France chrétienne : le 17e centenaire cette année de la naissance de l’Apôtre des Gaules, saint Martin de Tours. Comme nous l’évoquions en présentant le programme de l’année 2016, l’« intrépide évangélisateur des campagnes de la Gaule romaine et initiateur de la vie monastique sur le sol de la future France (…) eut une influence non négligeable sur l’âme de Clovis »[1]. Nous étions alors invités à l’invoquer afin qu’il « nous soutienne et nous encourage dans notre devoir quotidien de prière et d’apostolat pour que la France se convertisse à nouveau et revienne au "Dieu de Clotilde" ».
À cette occasion, soyons nombreux à venir le supplier lors de notre Pèlerinage jubilaire à Tours le 11 novembre prochain ! La signature de l’Armistice de 1918 le jour de sa fête témoigne de l’aide céleste du saint évêque gaulois envers la terre qu’il évangélisa. « Je ne refuse pas le travail », disait-il encore au moment de rendre l’âme, extenué qu’il fut pourtant de ses labeurs apostoliques ; ce « travail », nous le lui demanderons encore le 11 novembre, car « la mission des saints ne se termine pas au Ciel » (sainte Thérèse de Lisieux).
Ce sera pour nous un devoir de reconnaissance autant qu’un élan d’espérance, car Dieu ne peut rester indifférent devant la piété sincère de ses enfants. Nous serons alors entrés dans le mois des défunts, l’occasion pour nous de prier à l’intention de tous nos vaillants soldats tombés au champ d’honneur : une Absoute sera chantée à l’issue de la Messe du pèlerinage et les tombes de nos héros bénites, pour commémorer le centenaire de la Bataille de Verdun.
Chrishall (Essex) église de la Ste TrinitéPlus encore que par l’Histoire, Dieu se révèle à nous par la sainte Liturgie. Dimanche prochain, nous célèbrerons la fête de Notre-Seigneur Jésus-Christ Roi. Cette fête, instituée en 1925 seulement, nous rappelle que le Roi Très-Chrétien n’est que le Lieutenant du Christ, qui est, selon la profonde expression de sainte Jeanne d’Arc, le véritable Roi de France. Le pape Pie XI (1922-1939) qui l’institua avait l’intuition que la paix du Christ ne s’établirait que par son règne : c’est d’ailleurs la devise qu’il prit et qui se veut son programme pontifical : Pax Christi in regno Christi.

La royauté du Christ se veut d’abord une royauté d’amour, le règne de Son Cœur : voilà pourquoi l’Église demande à tous les prêtres de renouveler solennellement ce jour-là la Consécration du genre humain au Sacré-Cœur de Jésus. Pour cela, œuvrons dès aujourd’hui pour que le Christ règne dans nos propres cœurs, qu’Il règne ensuite dans nos familles et qu’Il règne enfin dans la société tout entière.
Travaillons docilement, ardemment, amoureusement à l’établissement du règne de Dieu par le rétablissement sur le trône du « Fils aîné de son Sacré-Cœur » (Notre-Seigneur à sainte Marguerite-Marie, à propos de Louis XIV) : c’est ainsi que, reconnus pour de bons et fidèles serviteurs de Son Royaume terrestre, nous aurons part ensuite à Son Royaume céleste !


Le Chancelier



[1] Poste du 1er janvier dernier.