Cérémonie de la Confrérie en Anjou


Afficher l'image d'origine

Vitrail de saint Michel
Ce dimanche 31 juillet

17h30 : Vêpres grégoriennes, 
avec les Compagnons de Saint Michel Archange qui célèbrent une oblation, 
Salut du Très-Saint-Sacrement 
par Mgr Amiot
& réception 
de nouveaux membres 
dans la Confrérie royale 
par M. l'abbé Louis de Saint-Taurin.


Afficher l'image d'origine

Couronne dans le balcon de la façade

Tribune libre


Deux dépêches de M. Daoudal


Sans procès

Il semble que personne ne trouve bizarre que les jihadistes soient systématiquement abattus.
Nous sommes dans un « Etat de droit », où toute personne a « droit à un procès équitable », et où le bannissement de la peine de mort est un principe idéologique intangible. Or, chaque fois qu’il y a un acte jihadiste, le jihadiste est tué sans autre forme de procès. On lui applique la peine de mort anticipée, sans procès. Et personne ne paraît même le remarquer. Sous prétexte qu’on abat un ignoble assassin, on ne voit pas qu’on répond à la barbarie par la barbarie.
On ne me fera pas croire que des tireurs d’élite n’aient jamais d'autre possibilité de neutraliser un terroriste que de le tuer.
Et c’est flagrant, quasi caricatural, dans le cas de Saint-Etienne du Rouvray : on a abattu un homme sur le parvis d’une église armé d’un… couteau !
Ce sont les Américains qui ont établi cette nouvelle procédure, notamment avec Ben Laden (même s’ils l’appliquaient avant, et si les véritables promoteurs de la chose sont, depuis très longtemps, les Israéliens). Ils ne sont pas allés au Pakistan pour capturer Ben Laden, mais pour le tuer. Parce qu’il ne fallait pas qu’il y ait un procès. Où l’on serait bien obligé de parler des millions de dollars qui lui avaient été donnés par la CIA, et des millions de dollars qui lui avaient été donnés par la famille régnante saoudienne.
Pour nos jihadistes, c’est la même chose. Les attentats se multiplient, et il n’y aura jamais de procès. Parce que les jihadistes ne doivent pas pouvoir expliquer dans un procès qu’ils appliquent l’idéologie islamique telle qu’elle se trouve dans le Coran et les Hadiths, qu’ils font le jihad parce que c’est une obligation de l’islam, qu’ils ne font qu’imiter le « beau modèle », Mahomet, comme doit le faire tout musulman.
Et il ne faut pas croire la désinformation sur les jihadistes qui n’en sont pas, qui sont des déséquilibrés tombés on ne sait comment dans une « radicalisation » dont eux-mêmes ne savent à peu près rien. J’avais été très impressionné par la retranscription des échanges entre Mohammed Merah et les policiers qui l’assiégeaient. Cet homme qui était soi-disant un jeune paumé qu’on voyait beaucoup plus en boîte de nuit qu’à la mosquée avait une connaissance très étendue et très approfondie de l’islam. Or c’est précisément ce que l’on ne doit pas savoir. C’est pourquoi il faut tuer Mohammed Merah et ses semblables. Pour que les Français croient qu’on a abattu quelques cinglés, et ne sachent pas ce qui les attend…
------
N.B. En ce qui concerne Mohammed Merah il fallait aussi éviter de s'étendre sur son activité d'agent de renseignement des services français (autre analogie avec Ben Laden).

Déséquilibrés

Un « réfugié syrien » s’est fait sauter à l’entrée d’un festival pop près de Nuremberg. Il est mort, il y a eu 12 blessés dont trois graves.
C’est un déséquilibré.
L’autre lundi, un « réfugié afghan » avait attaqué des voyageurs à la hachette et au couteau dans un train en Bavière.
C’était un déséquilibré.
Vendredi, c’est un « Germano-Iranien » qui a fait 9 morts et 35 blessés à Munich.
Ce n’était pas un attentat terroriste, martèle la police. Même pas d’extrême droite. L’homme était déséquilibré.
A Nice, c’était un « camion fou »…
Ah ! Du nouveau ! Hier, un « demandeur d’asile syrien » a tué une femme à la machette et blessés trois autres personnes, du côté de Stuttgart.
C’est un crime passionnel ! (Parce que, dit la police, quand il y a une dispute mortelle entre un homme et une femme, on part du principe que c’est un crime passionnel. Ben tiens !)
Addendum
Ah ben oui mais quand même (à propos du premier "réfugié syrien", qui aurait dû être expulsé mais ne l'a pas été et qui vivait à l'hôtel aux frais des Bavarois) :
« Il a explicitement annoncé agir au nom d'Allah, a fait allégeance à Abou Bakr al-Bagdadi et annoncé expressément une vengeance contre les Allemands qui se mettent en travers de la voie de l’islam», a déclaré Joachim Herrmann, ministre de l'intérieur bavarois

Tribune

Ignace - Le CFCM invite à aller à la messe

"Il est tout à fait contraire à la révérence due au Saint Sacrifice et à l'honneur du à la Divine Majesté d'accepter que des incroyants assistent à la Sainte Messe.J'entends par incroyants aussi bien 1) les non baptisés, et spécialement les représentants des cultes de faux dieux, que 2) les chrétiens hérétiques qui nient la réalité du Sacrifice Eucharistique dont la fausse doctrine constitue un blasphème contre la Vérité révélée, que 3) les renégats de toute espèces comme le sont aujourd'hui en France des personnalités civiles qui, si elles ont été baptisées n'en sont pas moins des apostats et qui de manière habituelle, par leur vie privée aussi bien que par les lois qu'ils font voter, se montrent des adversaires de l'Eglise de Dieu.Je suis favorable à la restauration de la discipline antique qui, après la prédication et avant le commencement de la liturgie eucharistique à proprement parler, renvoyait hors de l'Eglise les non-baptisés et les pécheurs publics !" (Lully).

Citation

"François Hollande :
« Attaquer une église, tuer un prêtre, c'est profaner la République. »
Jusqu’ici, la plupart des prêtres martyrs en France ont été assassinés par la République".

Yves Daoudal

Actualités de l'Eglise

Jaded Mandarin

Bourges. S.Exc.R. Mgr Armand Maillard, archevêque, a reconnu l'institution de l'Angélus comme établissement catholique le 28 juin dernier.

Brigitte CAVANAGH/CIRIC
Dijon. L'ancien évêque (1989-2002) et archevêque de Dijon (2002-2004), S.Exc.R. Mgr Michel Coloni (1927-2016), est décédé à Tivernon à 88 ans le 6 juillet. Il avait été vicaire général et évêque auxiliaire de Paris.



rM.E.P. Le R.P. Gilles Reithinger, âgé de 44 ans, a été élu supérieur général des Missions Etrangères de Paris le 12 juillet dernier par leur assemblée générale.

Normandie. L'abbaye Saint-Martin de Sées, du XVIIIe s., propriété de l'U.G.E.C.A.M. (caisses d'assurance maladie), est à vendre.
14679720442946labbaye-saint-martin-est-vendre-pour-un-million-deuros-sees

Pédérastie. S.Exc.R. Mgr Luc Crépy, évêque du Puy, 58 ans, vient de se voir confier par la Conférence des Evêques de France la "cellule permanente de lutte contre la pédophilie" (C.P.L.P.), succédant à S.Exc.R. Mgr Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise.

Rennes. S.Exc.R. Mgr Pierre d'Ornellas, archevêque, vient d'annoncer aux fidèles de la chapelle Saint-François la nomination imminente d'un successeur au chanoine Cristofoli, choisi dans le même Institut du Christ Roi que lui avec l'accord de son provincial.

République. NN.SS. Denis Moutel (Saint-Brieuc) et Jean-Luc Brunin (Le Havre) ont été faits respectivemen chevalier et officier de la Légion d'honneur lors de la promotion du 14 juillet.

Saint-Etienne. S.Exc.R. Mgr Sylvain Bataille, nouvel évêque depuis mai, a été sacré évêque au Zénith de Saint-Etienne le 3 juillet.

Siège Apostolique. S.S. le pape François Ier a créé le Secrétariat pour la communication du Saint-Siège, regroupant les divers moyens de communications (papier, radio, TV) ainsi que la salle de presse. Ce nouveau dicastère est dirigé par Mgr Dario ViganoLes membres évêques nommés proviennent des cinq continents, dont Mgr Lalanne (Pontoise) :
  • Le cardinal birman, Charles Maung Bo,
  • l’évêque vietnamien, Mgr Pierre Nguyen Van Khan.
  • Mgr Chibly Langlois, évêque d’Haïti,
  • l’Argentin Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales,
  • le patriache maronite du Liban Mgr Béchara Boutros Raï,
  • Mgr John Njue, archevêque de Nairobi (Kenya), le seul africain.
  • l’évêque de Pontoise, Mgr Stanislas Lalanne,
  • l’archevêque de Dublin, Mgr Diarmuid Martin,
  • l’archevêque de Vilnius, Mgr Gintaras Grusas,
  • l’archevêque de Cadix, Mgr Ginés Ramon Garcia Beltran,
  • l’évêque auxiliaire de Lisbonne, Mgr Nuno Bras da Silva Martins.
  • le cardinal Beniamino Stella, préfet de la Congrégation pour le clergé,
  • l’évêque d’Albano, Mgr Marcello Semeraro, secrétaire du ‘C9’, le conseil entourant le pape pour la réforme de la Curie.
Trois laïcs siègent aussi :
  • Une consultante de l’épiscopat américain, Kim Daniels,
  • un universitaire allemand spécialiste de l’éthique des media, Markus Schächter,
  • une experte espagnole en communication, Leticia Soberon Mainero.
Outre le préfet Mgr Vigano, le secrétaire en est Mgr Lucio Adrian Ruiz et le directeur général Paolo Nusiner.

29 juillet

"Cette sorte de démons ne se chasse que par le jeûne et la prière"
(Mt XVII, 21)

     Membres de la Confrérie royale, offrons ce jeûne et cette prière précisément pour le Roi et la France, pour la paix et la prospérité du Royaume de France et de la Sainte Eglise.

Jeûne signifie : ne faire qu'un seul repas dans la journée, en excluant toute gourmandise et raffinerie. Il n'est pas interdit de jeûner aujourd'hui au pain et à l'eau, ce qui est un peu plus efficace : en effet, ce n'est pas une journée de simple régime ! Pourquoi ne pas prendre une soupe et du pain ou des biscottes, et terminer par un fruit ?

Quant à la prière, ouvrez vos missels et glanez donc : litanies, oraisons, chemin de croix, etc. Pourquoi ne pas méditer sur la Messe du Commun des Martyrs, que la sainte liturgie offrait à notre attention ces jours-ci ? Sans oublier, surtout, le saint Rosaire tant demandé par Notre-Dame, et que nous essaierons de réciter en entier aujourd'hui.

Souvenons-nous enfin que nous célébrons aujourd'hui sainte Marthe, soeur de sainte Marie-Madeleine, fidèle disciple de Notre-Seigneur et évangélisatrice de la Gaule ; saint Loup, évêque de Troyes qui protégea sa ville de l'affreux Attila en sortant courageusement à sa rencontre ; et enfin le bienheureux Urbain II, qui convoqua du Puy l'assemblée de Clermont (1096), où il prêcha la première Croisade. Que ces saints intercesseurs, saint Michel, saint Charlemagne et saint Louis, sainte Jeanne d'Arc, les Martyrs de la Révolution et tous les Saints de France, nous obtiennent la libération de la France de l'islamisme et de l'athéisme, les deux grands maux de notre époque, châtiments des péchés du monde et de la France en particulier.


Parce Domine, parce populo Tuo !
Ne in aeternum irascaris nobis !

Afficher l'image d'origine
(se chante traditionnellement trois fois de suite).

Sainte Russie

17 juillet 2016


En mémoire de l'anniversaire de la nuit du 16 au 17 juillet 1918 où étaient exécutés par les Bolcheviques, à Ekaterinbourg, S.M. le tsar Nicolas II, son épouse, ses cinq enfants et quatre suivants - canonisés comme « saints martyrs impériaux de Russie » en 2000 par le patriarche de Moscou Alexis II -, une Messe a été célébrée en pleine nuit sur l'emplacement du crime, la maison Ipatiev. Puis, vers quatre heures du matin, ce 17 juillet, 60 000 Russes ont participé à la procession et suivi le parcours des restes des saints martyrs de la famille impériale, soit 21 kilomètres jusqu’au monastère de Galina Yama, construit sur le lieu de leur incinération. La cérémonie s'est achevée à l'aube par un office d’intercession aux martyrs impériaux.

Jeûne

Citation

https://www.facebook.com/Fr%C3%A8re-Maximilien-Marie-du-Sacr%C3%A9-Coeur-678775372267255/

De la légitime défense des individus et des sociétés.

La justice n’est pas la vengeance. Et, comme l’écrit Saint Jacques  « La colère de l’homme n’accomplit point la justice de Dieu : ira enim viri justitiam Dei non operatur » (Jac. I, 20). Cela ne signifie évidemment pas non plus qu’il faille être – ou même seulement paraître – faible en face de tout ce qui porte atteinte au droit et à la justice. Il ne sera donc pas inutile de relire et de méditer sur l’enseignement de l’Eglise au sujet de la légitime défense  : celle des individus comme celle des sociétés…
Lully
 
Jean-Marc Nattier - la justice châtiant l'injustice
Jean-Marc Nattier : « la justice châtiant l’injustice » (1737)

La légitime défense

2263 - La défense légitime des personnes et des sociétés n’est pas une exception à l’interdit du meurtre de l’innocent que constitue l’homicide volontaire. « L’action de se défendre peut entraîner un double effet : l’un est la conservation de sa propre vie, l’autre la mort de l’agresseur … L’un seulement est voulu ; l’autre ne l’est pas » (S. Thomas d’A., s. th. 2-2, 64, 7).

2264 - L’amour envers soi-même demeure un principe fondamental de la moralité. Il est donc légitime de faire respecter son propre droit à la vie. Qui défend sa vie n’est pas coupable d’homicide même s’il est contraint de porter à son agresseur un coup mortel :
« Si pour se défendre on exerce une violence plus grande qu’il ne faut, ce sera illicite. Mais si l’on repousse la violence de façon mesurée, ce sera licite… Et il n’est pas nécessaire au salut que l’on omette cet acte de protection mesurée pour éviter de tuer l’autre ; car on est davantage tenu de veiller à sa propre vie qu’à celle d’autrui » (S. Thomas d’A., s. th. 2-2, 64, 7).

2265 - En plus d’un droit, la légitime défense peut être un devoir grave, pour qui est responsable de la vie d’autrui. La défense du bien commun exige que l’on mette l’injuste agresseur hors d’état de nuire. A ce titre, les détenteurs légitimes de l’autorité ont le droit de recourir même aux armes pour repousser les agresseurs de la communauté civile confiée à leur responsabilité.

2266 - L’effort fait par l’Etat pour empêcher la diffusion de comportements qui violent les droits de l’homme et les règles fondamentales du vivre ensemble civil, correspond à une exigence de la protection du bien commun. L’autorité publique légitime a le droit et le devoir d’infliger des peines proportionnelles à la gravité du délit. La peine a pour premier but de réparer le désordre introduit par la faute. Quand cette peine est volontairement acceptée par le coupable, elle a valeur d’expiation. La peine, en plus de protéger l’ordre public et la sécurité des personnes, a un but médicinal : elle doit, dans la mesure du possible, contribuer à l’amendement du coupable.

2267 - L’enseignement traditionnel de l’Eglise n’exclut pas, quand l’identité et la responsabilité du coupable sont pleinement vérifiées, le recours à la peine de mort, si celle-ci est l’unique moyen praticable pour protéger efficacement de l’injuste agresseur la vie d’êtres humains.
Mais si des moyens non sanglants suffisent à défendre et à protéger la sécurité des personnes contre l’agresseur, l’autorité s’en tiendra à ces moyens, parce que ceux-ci correspondent mieux aux conditions concrètes du bien commun et sont plus conformes à la dignité de la personne humaine.
Aujourd’hui, en effet, étant données les possibilités dont l’Etat dispose pour réprimer efficacement le crime en rendant incapable de nuire celui qui l’a commis, sans lui enlever définitivement la possibilité de se repentir, les cas d’absolue nécessité de supprimer le coupable « sont désormais assez rares, sinon même pratiquement inexistants » (Evangelium vitae, n. 56).

in « Catéchisme de l’Église Catholique », Explication du 5e commandement de Dieu
Saint Michel gif

En ces attentats...

  Afficher l'image d'origine






Lettre
aux membres et amis de la Confrérie royale
suite aux innombrables attentats en général,
et plus particulièrement à celui commis près de Rouen en ce jour


le mardi 26 juillet 2016
Fête de sainte Anne



Chers Amis,

Pas un jour sans que l’on n’entende parler d’un attentat islamiste.
Nous savions que les événements s’accéléraient, mais pas que les attaques contre l’Église viendraient si tôt (de la part de l’islam, s’entend, car de la part des laïcistes, elles sont légion depuis belle lurette).
         Voici que non seulement les policiers ne sont plus en sécurité chez eux, ni les foules dans la rue : maintenant les prêtres sont assassinés à l’autel. En ce centenaire des apparitions de Fatima, les mises en garde de la Très Sainte Vierge prennent chaque jour une actualité plus manifeste. Les évêques tombés, les prêtres jonchant le sol : nous y voilà.

         L’incurie des élites politiques en premier lieu, qui se contentent de communiqués sur les réseaux sociaux (nous prévenant qu’il va falloir vivre avec !!!), de faire des visites sur les « lieux du crime », de donner lieu à des soupçons de recel de preuves, de renforcer leur soutien aux rebelles « modérés » et sanguinaires syriens (qui viennent de décapiter un enfant), d’étendre encore plus le « droit du sol », alors que le pays attend des réactions fortes et efficaces contre les causes de ces attentats. La complicité des media qui crient au « pas d’amalgame ». L’incurie des élites religieuses, qui ont également leur part de responsabilité, en faisant passer l’envahisseur pour l’incarnation de Dieu cherchant asile, et en travestissant le langage pourtant clair et non laxiste de l’Église sur la gestion de l’immigration !
Quand éclata la Révolution, les élites étaient également corrompues. Mais que nos ancêtres, à part de notables exceptions, voire quelques provinces de France comme la Vendée surtout, ne se sont-ils servis davantage de tous les moyens surnaturels que l’Église leur enseignait ? Sans parler bien évidemment des moyens naturels…

         Combien se moquent de notre Confrérie et de son objet : pensez donc ! « Prier pour le Roi ?! N’y a-t-il pas plus important ni plus sérieux ? ». Je leur renvoie la question : êtes-vous donc si satisfaits de la marche du monde que vous voulez vous enfoncer toujours plus dans l’anarchie ou la dictature ? Le terrorisme et l’irénisme ?
         Oui, « à la France, il faut un roi », mais pas n’importe lequel : le roi, celui que Dieu indique par les Lois fondamentales du Royaume et qu’espère tout Français bien né… et réveillé ! Nous avons de plus la grâce d’avoir un roi légitime bien conscient et au fait de la situation actuelle.
         Nous avons besoin, nous Français, du premier Prince de la Chrétienté, du Fils aîné du Sacré-Cœur, du garant des libertés de ses peuples, du Défenseur attitré de la Sainte Église Romaine, des Chrétiens d’Orient… et des Chrétiens d’Occident !
Nous avons instamment besoin, et demandons d’autant plus vivement, que le Christ règne véritablement dans les cœurs, dans les intelligences, dans les lois, dans les écoles, dans les cours et dans les tribunaux.

Seigneur, au niveau politique, tout peut changer très rapidement. Nous ne Vous demandons pas seulement la restauration du Roi Très-Chrétien : nous Vous demandons la conversion des pécheurs – et tout d’abord des Catholiques eux-mêmes. Nous Vous demandons la conversion des cœurs, des intelligences de nos compatriotes. Nous Vous demandons un zèle – éclairé par la raison et nourri par la foi – pour ceux qui devront entourer le Roi, pour nos soldats et leurs chefs, pour tous nos compatriotes : toute une Civilisation chrétienne est à reconstruire et à assurer, saint Pie X nous l’affirmait il y a à peine cent ans.
        
         Que faire concrètement ? Chacun doit s’interroger et agir, selon sa place dans l’Église et le Royaume, selon sa dignité, ses capacités.
En premier : ouvrir les yeux et comprendre la situation objectivement et de manière réaliste. Cela est fondamental : sainte Jeanne avait bien conscience des raisons de la « grande pitié au Royaume de France », et ses contemporains souffraient aussi.
Ensuite, savoir les analyser avec un regard surnaturel, et avoir sous le regard l’histoire générale du salut, de l’Église et de la France.
         Et, nous souvenant des multiples mises en garde et conseils de Notre-Dame au cours des nombreuses et connues manifestations de son amour miséricordieux pour ses enfants, se mettre enfin à la prière.
A la prière personnelle, plus assidue ; au chapelet, si possible familial. Prions le chapelet de la Divine Miséricorde, chaque jour à 15h. Il est gravement coupable de ne pas se mettre à prier assidûment pour la France… et le Roi ; unissons-y les âmes pures des enfants, et rendons-nous nous-mêmes agréables à Dieu par l’état de grâce, surtout si nous en sommes éloignés par des vices ou des « situations irrégulières ».
Aujourd’hui, à cause de l’incurie très coupable de nos « gouvernants » et aux péchés publics des nations (sans parler de nos propres péchés personnels), les châtiments sont une évidence pour tous, du moins dans leurs réalisations ; beaucoup de sots, hélas, n’en comprendront pas les vraies causes.
Nous pouvons être pris en otages, blessés, torturés, égorgés à n’importe quel instant, n’importe où, par ceux que les media du régime appellent « déséquilibrés, forcenés, radicalisés ». L’un de nos confrères de Rouen – M. l’abbé Jacques Hamel, prêtre de 86 ans – et plusieurs de ses fidèles viennent d’en faire l’amère expérience : requiescant in pace.
A tout instant, il nous faut, grâce à une hauteur de vue et en sachant que l’heure est grave (les Français vont-ils enfin le comprendre ?), nous comporter comme nous souhaiterions le faire si nous pouvions préparer notre mort. Les circonstances sont indépendantes de notre volonté, pas notre réaction ! Si dimanche prochain, un mahométan-en-cohérence-avec-le-Coran fait irruption dans notre église, dans notre maison, dans le magasin où nous nous trouverons : sachons redire ces paroles : Seigneur sauvez la France, sauvez le Roi ! Par ces paroles, vous ne vous réfugiez pas dans un rêve hors sujet – comme tant nous le répètent sans aucun esprit surnaturel – : vous portez à Dieu l’intérêt des âmes des millions de nos frères, des Français, des Catholiques et de ceux qui depuis cinquante ans ne connaissent plus Dieu ; afin que la volonté du Seigneur s’accomplisse, que Son règne arrive vite, et que la France renoue avec sa mission de fille de Dieu, sans quoi saint Remi ne nous a pas caché les malédictions qui s’ensuivraient.
Je ne vous appelle pas, mes Frères, à la seule prière : en réfléchissant à ce qui peut nous arriver demain, vous vous préparez aussi à agir héroïquement contre les terroristes : un homme averti en vaut deux. Apprenez également à ne pas donner votre confiance à ceux qui la trahissent. Qui osera encore parler d’« état de droit » ? Le régime vacille incontestablement.

A chaque instant, nous pouvons comparaître devant Dieu et répondre de notre vie : le sachant, il n’y a pas à paniquer mais à vivre enfin en conformité avec notre foi : en état de grâce, dans la piété et le zèle pour Dieu, dans la pratique des vertus et l’intelligence de la réalité. Ainsi, Dieu régnera dans la société entière, enfin paisible.
Les Saints ont été confrontés aux irruptions du mal, au mystère de l’iniquité : au lieu de blasphémer le saint Nom de Dieu, voyons – avec notre raison et notre foi – comment nous préparer à être, si Dieu le veut, Ses témoins.

         En ce jour, la consécration à la Couronne de France et à son salut, à laquelle plusieurs parmi nous se sont engagés par vœu, prend tout son sens. Puissent les indécis le comprendre, et les pusillanimes, y trouver une vraie force.
         A l’instar des grands prophètes et patriarches de l’Ancien Testament, de nos rois et pontifes de l’histoire de France : soyons les Saints que le Seigneur attend de nous, dans cette période troublée et décisive. Combien parmi les premiers Disciples se rendirent compte, le Vendredi Saint, qu’ils avaient affaire à l’événement majeur de l’Histoire du monde, et que leurs actes (courageux ou lâches) seraient éternellement publiés ? Que cela nous serve de salutaire leçon !

         Nous célébrions hier la fête de saint Jacques Matamoros : que ce grand apôtre, l’un des trois privilégiés de Notre-Seigneur, le Patron de la Reconquista en Espagne, intercède pour notre Europe, avec saint Louis et saint Charlemagne, aux pieds de la Majesté divine.
Que sainte Anne, grand-mère du Messie, nous Le rende favorable.
         En ce mois du Très-Précieux Sang, que le Seigneur nous fasse bénéficier de toute la virtus qu’Il contenait. Et comme le demandait le Roi martyr, Louis XVI : que son sang et celui des Français ne retombe pas sur nous, mais soit enfin pour nous semence de conversion, de paix et prospérité.

Répétons ces jours-ci la prière des intercesseurs, chantée par l’Église aux époques de calamités :
         Parce Domine, parce populo Tuo. Ne in aeternum irascaris nobis.
Pie Jesu Domine, dona eis requiem sempiternam.
            (Seigneur, épargnez Votre peuple ; ne Vous irritez pas contre nous pour l’éternité. Miséricordieux Seigneur Jésus, donnez-leur le repos éternel)

Contre tout espoir, Jonas appela à la conversion Ninive – aujourd’hui Mossoul, l’une des premières villes occupées par l’État islamique –, et cette cité païenne se convertit. Serons-nous moins forts que Jonas ? Les Français, moins réceptifs que les Ninivites ?
L’archevêque de cette ville nous l’avait pourtant prédit il y a deux ans : ce qui nous arrive vous arrivera bientôt, en Occident.
Voici ce que saint Paul nous prêchait, il y a une semaine, juste après l’attentat de Nice (9e dimanche après la Pentecôte, même liturgie que celle du sacre de Charles VII en 1429…) : « Toutes ces choses leur sont arrivées en figure, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes arrivés à la fin des temps. Ainsi donc que celui qui croit être debout prenne garde de tomber. Aucune tentation ne vous est survenue, qui n’ait été humaine ; et Dieu, Qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais, avec la tentation, Il ménagera aussi une heureuse issue en vous donnant le pouvoir de la supporter » (I Cor. X).

Souvenons-nous de la grâce la plus importante à demander : celle de la persévérance finale (il est si facile et humain de tomber et de manquer à sa mission !).
Prions les uns pour les autres.
Et surtout : faisons dire des Messes pro Rege et Francia ! Il vous reste quand même encore plusieurs dizaines de milliers de prêtres pour cela. Le saint sacrifice de la Messe demeure la prière et l’acte le plus efficace, comme le rappelait notamment le saint Padre Pio.

Que revive le saint Royaume de France ! Vive le Roi !
Et que vivent pour l’éternité les victimes de l’islam et du laïcisme.

Pro Rege et Francia
Ad pristinum Regnum restituendum

Abbé Louis de Saint-Taurin +

Ci-dessous : l'image utilisée par ceux qui revendiquent l'attentat de Rouen. Tout le monde aura reconnu la nécropole de nos Rois, la cathédrale et abbatiale royale de Saint-Denis.

EI attentat Rouen 

Et ici la récente une du Figaro magazine :

Résultat de recherche d'images pour "figaro saint-denis"