Citation

"L'idée d'après laquelle un pape affaibli et fatigué devrait se démettre n'est pas d'inspiration surnaturelle, mais naturaliste, car elle nie l'aide décisive apportée au pontife romain par le Saint-Esprit, Qui n'est alors qu'improprement invoqué. Le naturalisme se transforme sur ce point en son contraire : en un fidéisme d'empreinte piétiste pour lequel l'action envahissante du Saint-Esprit absorbe la nature humaine et devient l'élément régénérateur de la vie de l'Eglise. Il s'agit d'hérésies anciennes qui refleurissent de nos jours, y compris dans les milieux les plus conservateurs".

Pr Roberto de Mattei 
"L'Esprit et le prochain conclave", in Correspondance européenne n° 1283 (6 mars 2013)

Actualités en bref


Belgique
Messe pontificale traditionnelle au berceau de la Fête-Dieu
Mgr Delville.jpg
A l'occasion de la Fête-Dieu à Liège, l'évêque du diocèse, S.Exc.R. Mgr Jean-Pierre Delville, s'est rendu le samedi 28 mai à l'église du Saint-Sacrement où il a célébré la solennité de la Fête selon la liturgie traditionnelle, devant plus de trois cents fidèles. La cérémonie était réhaussée par les chants grégoriens de la Schola « Clamaverunt iusti » de Varsovie, dirigée par  Michal Slawecki, chef du chœur de l'université polonaise Cardinal-Stefan-Wyszyński . Son homologue du chœur universitaire de Liège, Patrick Wilwerth, lui fit écho à la tête de l'Ensemble  vocal liégeois « Praeludium » qui interpréta des motets polyphoniques anciens dédiés à l'Eucharistie. La célébration s'est terminée par la bénédiction du Saint-Sacrement et la vénération des reliques de sainte Julienne de Cornillon.

Deux-Siciles
Pierre Ier des Deux-Siciles à Paris. S.M. le roi Pierre Ier, roi titulaire des Deux-Siciles, a présidé le 28 mai en l'église Sainte-Elisabeth-de-Hongrie une cérémonie de promotions à l'Ordre sacré militaire et constantinien de Saint-Georges, en présence de ses enfants et de l'ambassadeur du royaume d'Espagne.



Espagne.
Défilé militaire devant les Rois Catholiques
Les souverains d'Espagne ont présidé la Journée des forces armées à Madrid, puis organisé une réception au Palais royal. S.M. le roi d'Espagne est en France premier Prince du sang. [Source]




Béatrice des Pays-Bas à Madrid. 
LL.MM. le roi Philippe VI et la reine Laetitia d'Espagne ont reçu le lundi 30 mai S.A.R. la princesse Béatrice des Pays-Bas afin d'inaugurer l'exposition "El Bosco" à l'occasion du 500e anniversaire de la mort du peintre néerlandais, au musée national du Prado à Madrid (du 31 mai au 11 septembre 2016). Un déjeuner était ensuite organisé au palais de la Zarzuela, en présence de LL.MM. le roi Jean-Charles et la reine Sophie.


France

Pau sauve un portrait d'Henri IV
La municipalité de Pau a acquis aux enchères pour 40.000 euros ce tableau représentant le roi Henri IV, peint par François II Bunel. Après restauration, il intégrera les collections du musée des Beaux-Arts. 

Luxembourg
Première communion du prince Noé

En l'église de Nommern, S.A.R. le prince Noé de Luxembourg a reçu pour la première fois la sainte Communion, en présence de LL.AA.RR. le grand-duc et la grande-duchesse de Luxembourg, ses grands-parents. Son bisaïeul le grand-duc Jean, aîné des Capétiens, n'avait finalement pas pu venir.

A propos du centenaire des apparitions de Fatima


Roberto de Mattei - 28/5/2016 - traduction de benoit-et-moi.fr

Afficher l'image d'origine

L'année du centenaire de Fatima (2016-2017) a été ouverte, le jour de la Pentecôte, par une nouvelle qui a provoqué un tollé. Le théologien allemand Ingo Dollinger a dit au site "OnePeterFive" qu'après la publication du troisième secret de Fatima, le cardinal Ratzinger lui aurait confié: "Das ist noch nicht alles!", "Nous n'avons pas tout publié" . 

La salle de presse du Vatican est intervenue avec un démenti immédiat, où il était dit que "le pape émérite Benoît XVI fait savoir qu'il n'a jamais parlé au prof. Dollinger à propos de Fatima", et qui affirmait clairement que les déclarations attribuées au prof. Dollinger sur cette question "sont de pures inventions, absolument fausses", confirmant de manière décisive: "La publication du Troisième Secret de Fatima est complète".

Le démenti ne convainc pas ceux qui, comme Antonio Socci, ont toujours soutenu l'existence d'une partie non divulguée du secret, qui parlerait de l'abandon de la foi de la part des dirigeants de l'Église. D'autres spécialistes, comme le Dr Antonio Augusto Machado Borelli, jugent intégral et tragiquement éloquent le secret révélé par le Saint-Siège. Sur la base des données dont nous disposons, on ne peut affirmer aujourd'hui avec une certitude absolue ni que le texte du Troisième Secret est complet, ni qu'il est incomplet. Ce qui en revanche est absolument certain, c'est que la prophétie de Fatima reste inaccomplie, et que sa réalisation concerne une crise sans précédent dans l'Église.

Il convient de rappeler à ce propos un principe herméneutique important. Le Seigneur, à travers des révélations et des prophéties, qui n'ajoutent rien au dépôt de la foi, nous offre parfois une "direction spirituelle" pour nous guider dans les périodes les plus sombres de l'histoire. Mais s'il est vrai que les paroles divines jettent la lumière sur les époques ténébreuses, le contraire est également vrai: les événements historiques, dans leur déroulement dramatique, nous aident à comprendre la signification des prophéties.

Lorsque, le 13 juillet, 1917, la Sainte Vierge annonça à Fatima que si l'humanité ne se convertissait pas, la Russie répandrait ses erreurs à travers le monde, ces mots semblaient incompréhensibles. Ce furent les faits historiques qui en révélèrent le sens. Après la Révolution bolchevique d'Octobre 1917, il fut clair que l'expansion du communisme était l'instrument dont Dieu voulait se servir pour punir le monde de ses péchés. Entre 1989 et 1991, l'empire du mal soviétique s'est apparemment éffrité, mais la disparition de l'enveloppe politique a permis une plus grande propagation dans le monde du communisme, lequel a son noyau idéologique dans l'évolutionnisme philosophique et le relativisme moral. La «philosophie de la praxis», qui, selon Antonio Gramsci, résume la révolution culturelle marxiste, est devenue l'horizon théologique du nouveau pontificat, tracée par des théologiens comme le cardinal Allemand Walter Kasper et l'archevêque argentin Víctor Manuel Fernández, inspirateurs de l'Exhortation apostolique Amoris Laeititia.

Dans ce sens, ce n'est pas du secret de Fatima que nous devons partir pour comprendre l'existence d'une tragédie de l'Eglise, mais de la crise de l'Eglise pour comprendre le sens ultime du secret de Fatima. Une crise qui remonte aux années soixante du XXe siècle, mais qui avec l'abdication de Benoît XVI et le pontificat du pape François a connu une accélération impressionnante.

Tandis que la salle de presse se hâtait de désamorcer l'affaire Dollinger, une autre bombe explosait avec bien plus de fracas. Au cours de la présentation du livre du Professeur don Roberto Regoli, "Oltre la crisi della Chiesa. Il pontificato di Benedetto XVI", dans l'Aula Magna de l'Université pontificale grégorienne, Mgr Georg Gänswein a souligné l'acte de renonciation au pontificat du pape Ratzinger avec ces mots:
«Depuis le 11 Février 2013, le ministère papal n'est plus le même que précédemment. Il est et reste le fondement de l'Eglise catholique; et pourtant, c'est un fondement que Benoît XVI a profondément et durablement transformé dans son pontificat exceptionnel».
Selon l'archevêque Gänswein, la démission du Pape théologien est "historique" (epocale) parce qu'elle a introduit dans l'Église catholique, la nouvelle institution du "Pape émérite" en transformant le concept de munus petrinum,"ministère pétrinien".  
«Avant et après sa démission Benoît a entendu et entend sa tâche comme participation à un tel "ministère pétrinien". Il a quitté le trône pontifical et pourtant, avec le pas du 11 Février 2013, il n'a pas abandonné ce ministère. Il a au contraire intégré l'office personnel avec une dimension collégiale et synodale, presque un ministère en commun (...).
Depuis l'élection de son successeur François le 13 Mars 2013, il n'y a donc pas deux papes, mais de factoun ministère élargi - avec un membre actif et un membre contemplatif. C'est pour cela que Benoît XVI n'a renoncé ni à son nom, ni à la soutane blanche. C'est pour cela que l'appellation correcte pour s'adresser à lui est encore aujourd'hui "Sainteté". Et c'est pour cela qu'il ne s'est pas retiré dans un monastère isolé, mais à l'intérieur du Vatican - comme s'il avait fait seulement un "pas de côté" pour faire place à son successeur et à une nouvelle étape dans l'histoire de la papauté (...) 
Par un acte de courage extraordinaire, il a au contraire renouvelé cette charge (y compris contre l'avis de conseillers bien intentionnés et sans doute compétents) et avec un dernier effort, il l'a renforcée (comme je l'espère). Cela, seule l'histoire pourra le prouver. Mais dans l'histoire de l'Eglise, il restera que, dans l'année 2013, le célèbre théologien sur le Trône de Pierre est devenu le premier "Papa emeritus" de l'histoire».
Ce discours a un caractère explosif, à lui seul, il montre que nous sommes non pas "au-delà", mais plus que jamais au sein de la crise de l'Eglise. La papauté n'est pas un ministère qui peut être "élargi", parce que c'est un "office", attribué personnellement par Jésus-Christ à un unique Vicaire et un unique successeur de Pierre. Ce qui distingue l'Eglise catholique de toute autre église ou religion, c'est justement l'existence d'un principe unitaire et indivisible incarné dans la personne du Souverain Pontife. Le discours de Mgr Gänswein, dont on ne comprend pas où il veut en finir, suggère une Église à deux têtes et ajoute la confusion à une situation déjà trop confuse.

Une phrase relie la deuxième et la troisième partie du secret de Fatima: «Au Portugal se conservera toujours le dogme de la foi». La Sainte Vierge s'adresse à trois pastoureaux portugais, et les rassure que leur Pays ne perdra pas la foi. Mais où se perdra la foi?
On a toujours pensé que la Sainte Vierge se référait à l'apostasie de nations entières, mais aujourd'hui, il semble de plus en plus clair que la plus grande perte de la foi, advient parmi les hommes d'Église. Un «évêque vêtu de blanc» et «plusieurs autres évêques, prêtres, religieux et religieuses» sont au cœur du Troisième Secret, sur un fond de ruine et de mort, qu'il est légitime d'imaginer non seulement matériel, mais spirituel. Ceci est confirmé par la révélation que Sœur Lucie eut à Tuy le 3 Janvier 1944, avant d'écrire le troisième secret et qui lui est donc indissolublement lié. Après la vision d'une terrible catastrophe cosmique, Sœur Lucie dit avoir entendu dans son cœur une voix légère qui disait: «Dans le temps, une seule foi, un seul baptême, une seule Église, sainte, catholique et apostolique. Dans l'éternité, le Ciel!».

Ces mots représentent la négation radicale de toutes les formes de relativisme religieux auxquelles la voix céleste oppose l'exaltation de la Sainte Eglise et de la foi catholique. La fumée de Satan peut envahir l'Église dans l'histoire, mais celui qui défend l'intégrité de la foi contre les puissances de l'enfer verra, dans le temps et l'éternité, le triomphe de l'Église et du Cœur Immaculé de Marie, sceau définitif de la tragique, mais enthousiasmante prophétie de Fatima. 

31 mai

Fête de la Royauté de Marie

et fin du "mois le plus beau"...


(reportée liturgiquement à samedi prochain, du fait de l'Octave de 2e classe du T. S. Sacrement)

Extrait de la Neuvaine préparatoire au pèlerinage au Puy :

Afficher l'image d'origine
Où trouver plus grande consolation qu’en songeant à la royauté de Notre-Dame. Royauté non seulement de la Mère de Dieu, mais de notre propre Mère !Au niveau du « légitimisme judéen », elle est bien l’épouse de l’héritier légitime de la Maison de Juda, saint Joseph. Elle est surtout, surnaturellement, Reine en raison de sa Maternité divine, comme sainte Hélène était temporellement impératrice-mère par le fait qu’elle avait engendré saint Constantin. Et Notre-Seigneur, vrai Dieu et vrai homme, étant roi de par Son union hypostatique (l’union de ses natures divine et humaine), c’est donc dès l’Annonciation que la Très Sainte Vierge est Reine des hommes et des anges, Reine de l’univers, elle qui « n’était » jusqu’ici que la « reine titulaire de Juda »...L’Annonciation – célébrée de manière solennelle par ce Jubilé du Puy en ses Messes votives – est donc l’Avènement de Notre-Dame comme Reine du Ciel, son couronnement à proprement parler n’étant célébré qu’à l’issue de son Assomption corps et âme au Ciel, comme dernier mystère du chapelet.Notre-Dame, par cette fête, par la Messe votive de l’Annonciation samedi prochain au cours de laquelle nous nous consacrerons à la Couronne de France par la Confrérie royale, et par la récitation de notre chapelet, aidez vos enfants à contempler votre Royauté sacrée, et à en tirer tous les fruits de consolation, de zèle et d’espérance, particulièrement au sujet de notre Roi légitime en attente de son Sacre.

Ste Pétronille, Vierge

Afficher l'image d'origine« L’Église n’accorde qu’un souvenir à cette illustre vierge dans l’Office d’aujourd’hui ; mais nous ne laisserons pas de lui rendre nos hommages. […] Les plus antiques traditions nous la recommandent comme la fille spirituelle du Prince des Apôtres ; et si elle n’eut pas la fortune de répandre son sang pour la foi du Christ comme Domitilla, elle offrit à l’Époux divin l’hommage suprême de la virginité. De très anciens documents nous apprennent qu’ayant été demandée en mariage par un patricien de Rome du nom de Flaccus, elle réclama trois jours pour réfléchir à la proposition. Son refuge fut auprès du Seigneur auquel elle s’était vouée ; et Flaccus s’étant présenté le troisième jour, trouva le palais dans le deuil, avec tout l’appareil des solennelles funérailles que l’on préparait pour la jeune vierge qui s’était envolée comme la colombe aux approches de l’oiseleur.
Au VIIIe siècle, le pape saint Paul Ier retira des Catacombes le corps de sainte Pétronille, qui reposait au Cimetière de Domitilla, sur la voie Ardéatine. On le trouva renfermé dans un sarcophage de marbre, dont le couvercle était orné de dauphins aux quatre angles. Paul le déposa dans une petite église qu’il éleva près du flanc méridional de la basilique vaticane.La France a professé longtemps une tendre vénération pour sainte Pétronille. Pépin le Bref fit transporter à Rome sa fille Gisèle qui venait de naître, demandant qu’elle reçût le baptême des mains du pape saint Paul Ier près du tombeau de la noble vierge. L’église bâtie par ce pontife fut longtemps appelée la Chapelle des rois de France. Louis XI la fit restaurer et la dota richement, et son fils Charles VIII lui donna de nouvelles marques de sa munificence. Cette église, où l’on remarquait de nombreuses sépultures françaises, fut détruite au XVIe siècle par suite des dispositions que nécessitait la construction de la nouvelle basilique de Saint-Pierre, et le corps de sainte Pétronille fut transféré sous l’un des autels de la partie occidentale de ce temple auguste. Il ne convenait pas que la dépouille mortelle de l’illustre vierge fût éloignée de la Confession du Prince des Apôtres qui l’avait initiée à la foi, et préparée pour les noces éternelles.Nous associons votre triomphe à nos joies pascales, ô fille de Pierre ! Nous vénérons à travers les siècles votre mémoire bénie. Vous avez dédaigné le monde avec ses délices et ses honneurs, et votre nom virginal se lit en tête des fastes de la sainte Église Romaine qui s’honore d’avoir été votre mère. Aidez-la maintenant de vos prières, et souvenez-vous aussi de la France, qui longtemps vous voua un culte fervent. Protégez tous ceux qui vous implorent, et donnez-nous de célébrer avec un saint enthousiasme les solennités qui se multiplient en ces jours » (Dom Guéranger, l’Année Liturgique).


 Acte de consécration du genre humain au Coeur immaculé de Marie

à réciter en la fête de la Royauté de Marie (encyclique Ad coeli Reginam du 11 octobre 1954)

Afficher l'image d'origineReine du Très Saint RosaireSecours des ChrétiensRefuge du genre humain, Victorieuse de toutes les batailles de Dieu, nous voici prosternés, suppliants au pied de votre trône, dans la certitude d’obtenir miséricorde et de recevoir les grâces, l’aide et la protection opportunes dans les calamités présentes, non en vertu de nos mérites, dont nous ne saurions nous prévaloir, mais uniquement par l’effet de l’immense bonté de votre Cœur maternel. 
C’est à vous, c’est à votre Cœur immaculé qu’en cette heure tragique de l’histoire humaine nous nous confions et nous nous consacrons, non seulement en union avec la Sainte Église — Corps mystique de votre Fils Jésus — qui souffre et verse son sang en tant de lieux, qui est en proie aux tribulations de tant de manières, mais en union aussi avec le monde entier, déchiré par de farouches discordes, embrasé d’un incendie de haine et victime de ses propres iniquités. 
Laissez-vous toucher par tant de ruines matérielles et morales ; par tant de douleurs, tant d’angoisses de pères et de mères, d’époux, de frères, d’enfants innocents ; par tant de vies fauchées dans la fleur de l’âge ; par tant de corps déchiquetés dans l’horrible carnage ; par tant d’âmes torturées et agonisantes, par tant d’autres en péril de se perdre éternellement. 
Ô Mère de miséricorde, obtenez-nous de Dieu la paix et surtout les grâces qui peuvent en un instant convertir le cœur des hommes, ces grâces qui préparent, concilient, assurent la paix ! Reine de la paix, priez pour nous et donnez au monde en guerre la paix après laquelle les peuples soupirent, la paix dans la vérité, dans la justice, dans la charité du Christ. Donnez-lui la paix des armes et la paix des âmes, afin que dans la tranquillité de l’ordre s’étende le règne de Dieu. 
Accordez votre protection aux infidèles et à tous ceux qui gisent encore dans les ombres de la mort ; donnez-leur la paix et faites que se lève pour eux le soleil de la Vérité et qu’ils puissent avec nous, devant l’unique Sauveur du monde, répéter : « Gloire à Dieu au plus haut des Cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté » (Luc II, 14). 
Aux peuples séparés par l’erreur ou par la discorde, et particulièrement à ceux qui professent pour vous une singulière dévotion et chez lesquels il n’y a pas de maison qui n’honorât votre vénérable icône (peut-être aujourd’hui cachée et réservée pour des jours meilleurs), donnez la paix et reconduisez-les à l’unique bercail du Christ, sous l’unique et vrai Pasteur. 
Obtenez à la Sainte Église de Dieu une paix et une liberté complètes ; arrêtez les débordements du déluge néo-païen ; développez dans le cœur des fidèles l’amour de la pureté, la pratique de la vie chrétienne et le zèle apostolique, afin que le peuple des serviteurs de Dieu augmente en mérites et en nombre. 
Enfin, de même qu’au Cœur de votre Fils Jésus furent consacrés l’Église et le genre humain tout entier, afin que, toutes leurs espérances étant placées en Lui, Il devînt pour eux signe et gage de victoire et de salut, ainsi et pour toujours nous nous consacrons à vous, à votre Cœur immaculé, ô notre Mère et Reine du monde ; pour que votre amour et votre protection hâtent le triomphe du règne de Dieu et que toutes les nations, en paix entre elles et avec Dieu, vous proclament bienheureuse et entonnent avec vous, d’une extrémité du monde à l’autre, l’éternel magnificat de gloire, d’amour, de reconnaissance au Cœur de Jésus en qui Seul elles peuvent trouver la vérité, la vie et la paix. Ainsi soit-il.

L'image de la semaine

fetedieu2016-8-Fontaine St Michel
fetedieu2016-9-Procession devant la fontaine St Michel
Reposoir devant la statue de saint Michel Archange à Paris, durant la procession de la Fête-Dieu de l'église Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris.

30 mai

Fête de sainte Jeanne d'Arc,

Patronne de la Confrérie royale


Tableau de la mort de Jeanne sur le bûcher, place du Vieux Marché à Rouen,
le mercredi 30 mai 1431, par Jules-Eugène Lepneveu.


Nous vous renvoyons aux messages de Lully sur ce sujet : ici et , avec renvoi à des prières, hommages et articles.



Extrait de la Neuvaine préparatoire au pèlerinage au Puy :
S’il n’y en avait qu’une, ce serait elle ! Il y aurait tant à dire sur sa figure, sur sa personne, sur sa mission : nous vous renvoyons aux beaux ouvrages qui lui ont été consacrés depuis deux cents ans.

Admirons seulement aujourd’hui, la pureté de notre héroïne nationale, que le R.P. Ayroles, s.j., compare avec raison avec la Vierge elle-même, elle, la Pucelle d’Orléans. Pureté signifie sans mélange : Jehanne est sans compromission. Face au libéralisme et au naturalisme, elle est dans toute sa splendeur l’incarnation de la Légitimité et du surnaturalisme, sans jamais tomber dans un mysticisme douteux, comme le prouve son réalisme à toute épreuve (« Les gens d’armes combattront, et Dieu donnera la victoire », « Aide-toi, le Ciel t’aidera »). Aux yeux de tous, elle est « sans peur et sans reproche », la France docile à la grâce, avec le panache et le génie français.

Si les savants théologiens n’arrivent pas à la prendre en défaut lors de son procès, il ne faut pas oublier que les matrones de Poitiers la trouvent irréprochable en son corps, et que les ecclésiastiques la jugent très vertueuse en ses mœurs. Ses compagnons témoigneront qu’ils n’ont jamais subi la moindre tentation contre la vertu angélique en sa présence, elle qui chassait les prostituées de l’armée !

Jeanne nous enseigne bien que la défense de la droite doctrine catholique et royale passe par une vie morale foncièrement vertueuse, appliquant les Commandements de Dieu et de l’Église pour notre bonheur temporel ici-bas, et surtout surnaturel dans l’éternité, et dès maintenant. 


Fidèle aux bons principes du Royaume des Lys (« Dieu aime les Anglois mais chez eux », « gentil Dauphin, vous êtes roi légitime ») grâce à la formation reçue par saint Michel lui-même – excusez du peu – , elle va, par mission et application surnaturellement visibles et visiblement surnaturelles, faire reconnaître la dévolution de la Couronne selon les Lois fondamentales du Royaume lors d’un grand péril pour nos aïeux (la Guerre de Cent ans et l’usurpation « angloise »). Face aux détracteurs, elle confirme la filiation légitime du roi de Bourges (la traîtresse Isabeau de Bavière ne jura-t-elle pas sur les Évangiles que son fils était un bâtard ?).

Malgré cela, Charles VII négociera avec les Bourguignons, la laissera à son sort tout en recevant à sa place le nom de Victorieux, adoptera la Pragmatique Sanction gallicane contraire aux droits de l’Église de Rome.

Oui, Jehanne, vous êtes la Sainte de la Légitimité, sous la bannière de qui nous voulons combattre ardemment et hardiment ! « Légitimiste » ne traduit d’ailleurs pas autre chose que « Catholique et français toujours », selon la droite doctrine de l’Église et le génie français, sans chauvinisme ni nationalisme, mais avec un zèle viril et amoureux.

Face aux compromissions de toutes sortes, restez notre modèle, ô Jehanne ! Gardez-nous fermes sur les principes, vaillants et fidèles, sans jamais trahir comme le firent un maréchal de Mac-Mahon ou un Miklos Horthy en Hongrie, quand tout aurait pu changer s’ils avaient été fidèles. A votre imitation, n’ayons sur nos étendards et lèvres que ces deux Noms de Jhesus et Maria, qui seuls donnent la victoire.
Même si notre Prince devait ne pas nous regarder ni nous écouter, et sa Cour nous mépriser, et le monde nous combattre, donnez-nous de vous imiter dans notre généreux abandon désintéressé, pour le Bien commun de la France catholique.
Faites-nous signer de notre sang, s’il le fallait, cette profession que chantent les Scouts : « Seigneur Jésus, apprenez-nous à être généreux, à servir comme Vous le méritez, à donner sans compter, à combattre sans souci des blessures, à travailler sans chercher le repos, à nous dépenser sans attendre d’autre récompense que celle de savoir que nous faisons Votre sainte Volonté ».
Jehanne, priez pour nous !!!



Homélie sur la Très Sainte Trinité

Afficher l'image d'origine

Homélie du R.P. Giovanni Scalese, CRSP
à sa communauté de Kaboul, le dimanche 22 mai 2016, fête de la Très Sainte Trinité 
querculanus.blogspot.fr - traduction benoit-et-moi.fr


De nos jours, il est à la mode de dire que les adeptes des trois grandes religions monothéistes - Judaïsme, Christianisme et Islam - croient dans le même Dieu. Bien sûr, nous ne pouvons pas dire qu'ils croient en trois dieux différents, parce qu'il n'y a qu'un seul Dieu. Mais peut-on affirmer que le Dieu, en qui nous croyons, est tout simplement le même? Pouvons-nous maintenir que les différences entre les trois religions sont mineures et regardent juste des détails, sans concerner notre foi en Dieu?

Les différences entre les trois religions monothéistes sont radicales: elles ne regardent pas seulement la figure, centrale pour nous, de Jésus-Christ; mais la notion-même de Dieu. Nous croyons, comme les juifs et les musulmans, en un seul Dieu; mais, contrairement à eux, nous croyons que ce Dieu est en trois personnes, le Père et le Fils et le Saint-Esprit. 

Comment peut-on dire cela? Est-ce juste le résultat de notre raisonnement? Non; c'est Dieu Lui-même qui nous l'a révélé.

Bien sûr, ce fut une révélation graduelle. Dieu a d'abord montré son unicité: dans un monde païen, où tous les peuples croyaient en plusieurs dieux, il était nécessaire de proclamer l'existence d'un seul Dieu, Créateur du ciel et de la terre. Dieu a commencé cette révélation avec Abraham. Puis, peu à peu, il a dévoilé certains aspects de son mystère.


La [..] lecture d'aujourd'hui, tirée du livre de l'Ancien Testament des Proverbes, est sur la sagesse de Dieu: ce n'est pas encore la pleine révélation de la deuxième personne de la Sainte Trinité, mais c'est une première étape. La Sagesse a été établie avant le début de la terre. Quand Dieu a créé le monde, la Sagesse était avec lui comme un artisan. L'évangéliste Jean, qui appelle la deuxième personne de la Trinité "Verbe", au début de son évangile dit: « Tout par Lui a été fait, et sans Lui n'a été fait rien de ce qui existe » (Jn I, 3).

Jésus Lui-même, durant Sa prédication, n'a jamais dit qu'il n'y a qu'un seul Dieu, en trois Personnes, Père, Fils et Saint-Esprit. Il a juste appelé Dieu Son «Père»; Il se nomme comme le «Fils»; Il a promis, au cours de la dernière Cène, la venue d'un autre Avocat, le Saint-Esprit. Nous venons d'entendre, dans l'évangile, Jésus disant: « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter » (Jn 16, 12-15). Le temps n'était pas encore mûr pour une pleine révélation du mystère de Dieu; les disciples n'étaient pas encore prêts à la recevoir. Ce n'est qu'à la fin de l'Évangile, juste avant de monter au Ciel, que Jésus leur dira: « Allez et faites des disciples de toutes les nations, et baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » (Mt XXVIII, 19). Et c'est seulement après avoir reçu le Saint-Esprit à la Pentecôte, que les disciples, peu à peu, vont comprendre ces paroles de Jésus. Il leur avait dit: « Quand Il vient, l'Esprit de vérité, Il vous guidera vers la vérité tout entière ».

Ce n'était pas facile pour les Chrétiens de pénétrer ce mystère. Il a fallu quelques siècles pour réussir à définir le dogme de la Sainte Trinité: il a fallu les deux premiers conciles (Nicée et Constantinople); et avant, pendant et après eux, il y a eu beaucoup de discussions, des combats, des hérésies sur les mots à utiliser: nature, substance, personne. Maintenant, nous savons comment parler de ce mystère: chaque dimanche, nous renouvelons notre profession de foi avec les paroles de ces conciles; et nous savons que nous ne nous trompons pas. Mais nous savons aussi que ce que nous disons n'est rien en comparaison avec le mystère infini de Dieu, un mystère d'amour: le Père aime le Fils, et le Fils retourne cet amour; et cet amour mutuel n'est pas seulement un sentiment, comme dans les relations humaines, mais une personne, l'Esprit Saint. Nous pouvons à peine sentir la profondeur de ce mystère; et pourtant, nous sommes appelés à y prendre part. Dieu nous invite à rejoindre Sa famille, pour devenir Ses enfants, comme Son Fils; et pour ce faire, Il nous a donné Son Esprit, l'Esprit d'adoption. Saint Pierre dit que nous sommes appelés à partager la nature divine, exactement comme les trois Personnes divines. Nous sommes confus en face d'une si grande condescendance. La seule chose que nous puissions faire est d'adorer, de remercier et de nous efforcer d'être digne d'un tel don.


Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit. Ô Sainte Trinité !

Actualités en bref

Prince-Albert-and-Princess-Caroline-5
Monaco. LL.AA.SS. le prince Albert II et sa soeur la princesse Caroline de Monaco ont assisté le jeudi 26 mai à la traditionnelle procession de la Fête-Dieu, depuis le Palais princier.

Luxembourg
Première communion du prince Noé
Ce samedi 28 mai a lieu en l’église de Nommern au Grand-Duché de Luxembourg, la première Communion de S.A.R. le prince Noé, prince de Luxembourg, Nassau et Parrme, deuxième fils de LL.AA.RR. le prince Louis et la princesse Tessy de Luxembourg, petit-fils du couple grand-ducal. Il est âgé de 9 ans et se trouve en 49e position à la succession au Trône de France. [Source]

Saint-Siège
Prestation de serment pour 23 gardes suisses
Le Souverain Pontife s'entretenant
le 7 mai avec le président suisse.
Vingt-trois nouveaux gardes suisses ont prêté serment le 6 mai dernier (en commémoration des 147 soldats tombés lors du sac de Rome en 1527) au Vatican, en présence du président de la Confédération Johann Schneider-Ammann - qui a rencontré le Saint-Père le lendemain - et des présidents des deux chambres du parlement. Dix des nouvelles recrues ont prêté serment en français, onze en allemand, une en italien et une en romanche. Comme le veut la tradition, la prestation de serment s'est déroulée dans la cour Saint-Damase. Elle était présidée par Mgr Angelo Becciu, le substitut du secrétaire d'Etat du Vatican, assisté du préfet de la Maison pontificale, Mgr Georg Gänswein. [Source]
Suède
Baptême du prince Oscar
Armes du duc de Scanie.
S.A.R. le prince Oscar de Suède, duc de Scanie, né le 2 mars dernier à Solna de l'héritière de la Couronne, S.A.R. la princesse Victoria et de S.A.R. le prince Daniel, a été baptisé en la chapelle du Palais royal Drottningholm de Stockholm ce vendredi 27 mai lors d'une cérémonie luthérienne. 3e dans l'ordre de succession au trône de Suède, il est 222e dans celui du Royaume-Uni. 21 coups de canon ont été tirés à Skeppsholmen [Source


Afficher l'image d'origine
Pauvre Suède...
Le baptême était conféré par l'archevêquesse-primate (depuis 2013) de la prétendue Eglise de Suède, Mme Antje Jackelen, sans qu'aucun membre de la Famille royale ou invité n'ait paru scandalisé (elle saluait chacun à l'entrée comme à la sortie). Depuis 2009, l'archevêquesse de Stockholm, la capitale, est également une femme : Mme Eva Brunne (à ne pas confondre avec Eva Braun), lesbienne notoire et prétendument mariée à une femme ayant porté "leur" enfant, selon l'incontournable notice Wikipédia...


La couronne royale de Suède.
Description de l'image Bernadotte coa.svg.Lien vers la vidéo du baptême de sa soeur aînée, S.A.R. la princesse Estelle (en 2012 ; par un hérétique schismatique, certes, mais cette fois masculin !).
> Mémoires historiques sur la prétendue succession apostolique en Suède, par Mgr de Warrimont (1854).

La dynastie Bernadotte, fondée par le maréchal de Buonaparte adopté par le roi de Suède Charles XIII, porte toujours sur ses armes les trois couleurs républicaines et l'aigle buonapartiste.

Et la princesse Eléonore nous permet de nous quitter sur un sourire...

L'image de la semaine

Baptême
S.A.R. le prince Oscar de Suède, troisième héritier du trône après sa mère Victoria et sa soeur Estelle.

28 mai

Six ans des Princes

Consacrons aujourd’hui nos prières et actions de grâces pour les six ans de nos jeunes princes, les Fils de France jumeaux, avenir de la Dynastie : Monseigneur le Dauphin, Louis, duc de Bourgogne, et S.A.R. le prince Alphonse, duc de Berry.


Afficher l'image d'origine
Joyeux anniversaire, Bourgogne et Berry !


Actualités en bref

Espagne
Tricentenaire de la naissance de Charles III
Charles III d'Espagne
Au concertS.M. la reine Sophie d'Espagne a présidé le concert organisé à l'Escorial à l'occasion du tricentenaire (le 20 janvier dernier) de la naissance du roi Charles III (1716-1788). [Source]
Il fut roi d'Espagne et des Indes de 1759 à 1788, à la mort de son demi-frère Ferdinand VI d'EspagneFils de Philippe V d'Espagne et de sa seconde épouse, la princesse Élisabeth Farnèse, il fut d'abord duc de Parme et de Plaisance sous le nom de Charles Ier en 1731 (à la mort de son grand-oncle, le duc Antoine Farnèse, roi de Naples en 1734 puis de Sicile en 1735 sous les noms de Charles VII (Naples) et Charles V (Sicile) (par conquête du royaume de Naples et duroyaume de Sicile). Il fut sacré et couronné roi de Sicile et de Jérusalem à Palerme le En devenant roi des Espagnes, il céda les royaumes de Naples et de Sicile en 1759 à son troisième fils Ferdinand. Il est un exemple caractéristique des despotes éclairés du xviiie siècle. [Source] Il construisit le palais de Caserte sur le modèle de Versailles :

France
Le prétendant au duché de Chartres... au pèlerinage éponyme
S.A.R. le prince Charles-Louis d'Orléans et sa famille se trouvaient au pèlerinage de Chartres organisé par Notre-Dame de Chrétienté.
Le roi des Deux-Siciles à Paris
S.M. le roi Pierre Ier des Deux-Siciles se rend avec son épouse ce samedi 28 mai en l'église Sainte-Elisabeth-de-Hongrie à Paris pour une cérémonie de l'Ordre sacré et militaire constantinien de Saint-Georges, dont il est le grand-maître.
Ouverture de la galerie des carrosses à Versailles
Suite au succès de l'exposition " Roulez Carrosses " au musée des Beaux-Arts à Arras de 2011 à 2013, le château de Versailles présente au public la galerie des carrosses royaux.
Sous l'ancien régime les Ecuries royales sont hébergées dans la Petite et la Grande Ecurie du roi, bâtiments jumeaux édifiés par Jules Hardouin-Mansart entre 1679 et 1682 en face du Château de Versailles. Joyau de l'architecture Française classique, ces deux bâtiments sont destinés à abriter les chevaux et les voitures du roi et de la cour et accueillent un millier de personnes parmi lesquelles des écuyers, des cochers, des maréchaux de forge, des charrons, des bourreliers, des médecins ou encore des musiciens. 
A la Révolution, les centaines de voitures qui servent au Roi et à la Cour sont dispersées lors des grandes ventes révolutionnaires, puis réutilisées lors de la guerre de Vendée et pour les besoins du gouvernement révolutionnaire. En 1837, lorsqu'il transforme le château de Versailles en musée consacré à " toutes les gloires de la France.", Louis-Philippe assemble une collection de carrosses historiques. 
Les Ecuries Royales, tout prince en eût fait son palais, ce n'était pourtant que les écuries du roi de France. Les contemporains de Louis XIV s'étonnaient ainsi de l'ampleur et de la majesté des écuries de Versailles. Leur situation exceptionnelle, face au château, manifeste à elle seule la place accordée au cheval dans la représentation du pouvoir sous l'Ancien Régime. 
Les carrosses de Versailles, conçus pour frapper les esprits, les carrosses de Versailles sont des chefs-d’œuvre d'art total. D'un luxe ostentatoire, ornés à profusion d'ors et de sculptures, ils ont été réalisés par les meilleurs artistes de la Cour. 
Au-delà de sa qualité artistique, la collection est aussi en quelque sorte un " Salon de l'Auto des XVIIIe et XIXème siècles " présentant les plus beaux prototypes et les dernières avancées de la carrosserie française en matière de confort, de performance et de technique : traction, direction, suspension, premiers coupés, décapotables, etc. 
Chaque carrosse raconte également une  page de l'Histoire de France à travers un événement dynastique ou politique : baptême, mariage, sacre, funérailles. Surtout, la collection constitue le témoignage le plus vivant de la vie de Cour et des fastes sous l'Ancien Régime, l'Empire et la Restauration. 
La réouverture de la galerie sera l'occasion pour les visiteurs de découvrir au plus près ces voitures de grand apparat, comme les berlines du mariage de [Buonaparte], le carrosse du sacre de Charles X, le char funèbre de Louis XVIII, mais aussi les petits carrosses des enfants de Marie-Antoinette et une étonnante collection de traîneaux de fantaisie réalisés sous le règne de Louis XV.

Eric Muth
[Source] 
Galerie accessible gratuitement du mardi au dimanche : de 12h30 à 18h30 d'avril à octobre (dernière admission à 17h45), de 12h30 à 17h30 en basse saison de novembre à mars (dernière admission 16h45). Visites guidées d'1h30 les 12 et 22 juillet, 18  et 23 août, 1er, 6 et 23 septembre 2016. Tarif : 7 euros. Réservation obligatoire au 01 30 83 78 00 ou sur internet (dans la limite des places disponibles).
Italie
Le journal "panépiscopal" rejette l'objection de conscience face au prétendu mariage homosexuel
M. Sergio Mattarella, le président prétendument catholique de la République italienne, a promulgué la semaine dernière la loi inventant les prétendus mariages homosexuels. Deux articles parus dans Avvenire, le journal de la conférence épiscopale italienne, et écrits par le Pr Francesco D'Agostino (juriste) et Mauro Cozzoli (professeur de théologie morale à l'Université pontificale du Latran) estiment successivement que l'objection de conscience ne peut être invoquée, et qu'elle "serait une voie impraticable et indéfendable".
"En résumé, pour l’organe officiel de la C.E.I., la conscience n’a pas rien à faire dans la bataille contre l’application de cette loi. En somme, pour les évêques italiens, les maires ne sont pas au-dessus de la loi et se doivent de l’appliquer, même si cette loi est un mal moral objectif qui favorise un autre mal objectif, l’union entre personnes de même sexe, contraire à la loi naturelle, et destructrice de la famille" [Source]
Il y a plus de cent ans, le pape Léon XIII avait interdit aux Catholiques de participer de quelque manière que ce fût à la vie politique italienne...

ScaleNorvège
Visite du président polonais
S.Exc. le président Duda a été reçu par la famille royale de Norvège à l'occasion de sa visite d'Etat en Scandinavie.

Ukraine
Interdiction du parti communiste
Le tribunal administratif de Kiev a interdit le 16 décembre 2015, sur la demande (en juillet 2014) du ministre ukrainien de la Justice, le Parti communiste. Quatre lois "de décommunisation" adoptées en mai 2015 interdisent déjà l'affichage de symboles communistes ou nationaux-socialistes, sous peine de poursuites pénales et jusqu'à dix ans d'emprisonnement. Le Parti communiste est accusé de soutenir la Russie et d'être financé par elle.